@Informateur.info- Le gouvernement ivoirien a adopté, mercredi, lors d’un Conseil de ministres présidé par le Chef de l’État Alassane Ouattara, un décret instituant la Journée Nationale du Pardon et du Souvenir.

“La commémoration de la Journée Nationale du Pardon et du Souvenir se déroulera le 16 décembre de chaque année, en souvenir de la journée du 16 décembre 2010 au cours de laquelle des affrontements entre militants et sympathisants des deux candidats du 2e tour de l’élection présidentielle,ont fait de nombreuses victimes devant le siège de la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI)”, précise le communiqué du Conseil lu par le ministre Sidi Tiémoko Touré, porte-parole du gouvernement.

Selon lui, l’institution de cette journée spéciale est une “exhortation de l’ensemble des Ivoiriens et des habitants de la Côte d’Ivoire au pardon réciproque afin d’honorer, sans discrimination, la mémoire de toutes les victimes des différentes crises survenues dans notre pays, de façon à nous préserver contre la répétition de ce passé douloureux”, a-t-il expliqué.

Par ailleurs, il est prévu la réalisation prochaine d’un ” mémorial national ainsi que des mémoriaux régionaux” afin que “les victimes ne soient jamais oubliées”, a ajouté M. Touré.

De décembre 2010 à avril 2011, une crise postélectorale faisant, officiellement, 3000 morts, a éclaté en Côte d’Ivoire à l’issue du 2è tour de l’élection présidentielle qui a opposé, le 28 novembre 2010, le président sortant Laurent Gbagbo à son challenger Alassane Ouattara.

Geneviève MADINA