Au moins trois manifestants dont une femme, ont été tués ce mercredi 1er août 2018 à Harare, dans des affrontements qui ont opposé les forces de l’ordre à des partisans de l’opposition, suite à l’annonce par la commission électorale  des résultats partiels qui donneraient vainqueur  le parti au pouvoir au Zimbabwe, la Zanu-PF du président sortant. Aussi, selon ces résultats, le parti au pouvoir aurait obtenu la majorité absolue à l’assemblée nationale.

Tout a commencé quand la police a fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau pour tenter de disperser la foule massée devant des bureaux temporaires de la commission électorale, qui a aussitôt riposté à coups de pierre.

Le président Emmerson Mnangagwa,  a lancé un appel au calme en ces termes : «Le temps est venu de faire preuve de responsabilité et par-dessus tout, le temps de la paix est venu. En cette période cruciale, j’appelle tout le monde à cesser de faire des déclarations provocatrices. Nous devons faire preuve de patience et de maturité,  en attendant les résultats définitifs», a-t-il indiqué.

 

Yannick Kobo

 

Articles connexes

Leave a comment