Le conseil exécutif de l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) était en conclave le samedi 14 juillet dans la capitale administrative et politique de la Côte d’Ivoire, Yamoussoukro située à 200km d’Abidjan.

Ce troisième séminaire programme intervient après ceux  de Grand-Lahou et d’Adiaké. Avant l’entame des travaux, une minute de silence a été observée à son ex-premier vice-président, Kangan Rovia, décédé le 1er février 2018 à la suite d’un accident de circulation sur l’autoroute du Nord en partance pour Yamoussoukro où il avait un rendez-vous de travail. Une minute de silence a aussi été observée pour l’ex-confrère de la Radio Côte d’Ivoire, Paul Dokoui, qui a tiré sa révérence en exil au Bénin.

Le président Traoré Moussa et son conseil exécutif dont le mandat tire à sa fin, a expliqué, que chaque année il fait convoquer le conseil pour jeter un regard rétrospectif pour analyser les actions qui ont été menées. Mais aussi, pour réfléchir sur l’avenir de l’union, les perspectives et les axes à développer. Selon lui, il est bon de donner des grands pivots les actions qui engagent les journalistes de Côte d’Ivoire. Surtout ces assises visent à trouver un consensus autour d’un candidat capable de gérer l’union selon l’éthique et la déontologie.Sachant que son mandat expire bientôt à la tête de  l’Union nationale des journalistes ivoiriens, Traoré Moussa a saisi l’occasion de réfléchir sur les axes pour l’avenir. « Cette année l’UNJCI va organiser le prix  Ebony et pour la première fois, une dame en activité va parrainer le prix, » a-t-il tenu à préciser. Concernant les programmes de formation, indique-t-il,  l’UNJCI a décidé de donner la parole aux hommes politiques pour créer le débat en Cote d’Ivoire afin que ceux-ci expriment leurs visions.

Pour le directeur de la Maison de la presse, c’est un véritable honneur d’être associé à ces assises du Conseil exécutif qui pour la première fois est au complet. Justifiant qu’il sera témoin oculaire de ce qui va être décidé au cours des travaux. Avant de souhaiter que les journalistes de Côte d’Ivoire se portent mieux ainsi que toutes les organisations des médias ivoiriens.

Armand Koffi

Correspondant Régional

 

Articles connexes

Leave a comment