Yamoussoukro: Top départ de la 4ème édition de « Paquinou Bélier »

Yamoussoukro: Top départ de la 4ème édition de « Paquinou Bélier »

39
0
PARTAGER

Informateur.info- Le top départ de la fête populaire en pays Baoulé dénommée Paquinou a été donné dans la soirée jeudi à PAQUIKRO sise en bordure des lacs artificiels d’Houphouët-Boigny, juste en face de l’Eglise CMA. Le ministre d’Etat, Ahoussou-Kouadio Jeannot, initiateur de cette fête, était accompagné des cadres de la région, les maires de Tiébissou,  de Yamoussoukro, le gouverneur du district autonome, des autorités préfectorales et coutumières. «Comprenez mon immense joie, ma grande joie de procéder à l’ouverture du village paquinou, dénommé paquikro. L’ouverture de paquikro marque en réalité le lancement des activités de la 4è édition de paquinou du Bélier. Chers amis chers parents pendant quatre jours, vous aurez droit à des expositions sur ce site. Expositions de nos artisans, des opérateurs économiques. Chacun d’entre eux apportera ses produits qu’il présentera aux visiteurs pour faire comprendre que la Côte d’Ivoire est résolument en marche. Et les choses évoluent», a t-il indiqué. Selon le ministre Ahoussou Jeannot, Paquinou s’est modernisé et n’est plus seulement une simple fête de village. «Il prend en compte aujourd’hui l’aspect économique. C’est pour cela que nous avons mis le doigt sur l’artisanat. Les artisans dans le domaine du textile. Nous parlons de valorisation du pagne traditionnel. Nous sommes dans un pays où on sait tisser. Depuis l’Ouest montagneux, nos frères et parents en passant par les gouro, les baoulé et les sénoufo, nous avons des peuples qui savent tisser. Comment moderniser cette culture de tissage? Il est donc temps aujourd’hui que nous modernisions le métrer à tisser. Il faut que nous les cadres nous aidons nos parents non pas à tisser un pagne par mois mais 100 pagnes en un jour», a-t-il ajouté. Pour lui, Paquinou offre une belle occasion de construire et de renforcer la cohésion et la fraternité. «Le Président Houphouët Boigny nous a dit il n’y a de valeur que d’hommes. C’est l’homme qui a la valeur ce n’est pas l’argent. Et nous qui nous réclamons de son héritage, nous devons faire ce que le Président Houphouët Boigny nous a montré, le chemin qu’il a tracé, on doit pouvoir l’imiter même si on ne peut pas faire comme lui», a-t-il poursuivi.

Armand Koffi

Correspondant à Yamoussoukro

SANS COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE