Si tout se passe bien comme promis par le gouvernement actuel du Burkina Faso, le vote des Burkinabè vivant à l’étranger devrait être effectif aux présidentielles de 2020 au Burkina Faso.
Mais à deux ans des prochaines élections, plusieurs ressortissants burkinabè de l’étranger ne sont toujours pas rassurés. La diaspora souligne notamment un retard considérable dans la préparation du processus et des difficultés énormes qui sont entre autres, la non mise en place des organes de gestion des élections dans les pays cibles, les lacunes dans le découpage des circonscriptions électorales, le manque de ressources et le manque de communication sur le processus.
Ainsi, dans une telle situation, la réussite du pari du vote des Burkinabè de l’étranger en 2020 ne pourra se faire, à en croire l’AJEA (Association Jeunesse Espoir d’Afrique) qu’à travers une préparation minutieuse et un savoir-faire qui nécessitent la contribution de tous les fils et filles du pays des hommes Intègres. Ce pourquoi, l’AJEA dira que la diaspora burkinabè a un rôle très important à jouer dans le développent du pays, car la démocratie est une forme de gestion inclusive et participative de toute la population, a fait savoir l’AJEA.
Quant à cette structure, elle s’assigne comme mission de promouvoir la bonne gouvernance et la démocratie. Pour ce faire, l’AJEA décide par le biais de l’organisation d’une série de panels débats dans la sous région, de mettre la problématique du vote des Burkinabé de l’étranger sur la table, afin de permettre une analyse efficace et efficiente de la question, à travers le thème : « Quelles modalités pour une participation efficace et efficiente des Burkinabè de l’étranger aux élections nationales? ».
Ces séries de panels débats auront le mérite de donner la parole aux Burkinabè vivant à l’étranger qui sont les premiers concernés. Ce qui permettra de formuler des recommandations pour l’effectivité du vote des Burkinabè de l’étranger en 2020. Lesquelles recommandations seront transmises à la CENI et aux autorités burkinabè.
Notons que ces panels auront lieu du 6 au 15 avril 2018. En Côte d’Ivoire, la capitale économique, Abidjan et les villes de Bouaké et Soubré seront visitées par les experts qui vont animer les panels. Outre la Côte d’Ivoire, le Ghana( Accra et Koumassi) et le Togo (Lomé et Dapaon) font partie des pays retenus pour cette série de panels débats.

Yannick Kobo

Articles connexes

Leave a comment