Ils sont nombreux les jeunes étudiants qui lui doivent leur « réussite », du moins leurs solides formations académiques. Mais depuis le 11 décembre 2011, Mme Tazéré Olibé Célestine, puisque c’est d’elle qui s’agit, est passée de l’éducation au parlement. Pour mieux mettre son expérience au service de la nation ivoirienne. Parcours d’une dame dévouée.

Belle, charmante et élégante, Mme Trazéré n’a de cesse de marquer des points, prouvant bien l’adage cornélien qui dit qu’aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années. Que ce soit dans le domaine de l’éducation ou la politique, elle a su jusque-là tirer son épingle du jeu. Admirablement.
Titulaire d’une maîtrise en droit des affaires, obtenu à l’université de Bouaké en 1996, et d’un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS), Mme Trazéré a enseigné de 2003 à 2005, à l’Ist St Jacques de Cocody, et à l’Iscf de Plateau Dokui, le management de la force de vente et les techniques de vente et de négociation. Parallèlement, elle assurait la fonction de Gérante de la société SOTEB SICOP1.
Après quelques années passées dans l’enseignement, elle se donne les moyens de fonder un établissement supérieur privé, en l’occurrence HEC La Roche. Un établissement d’excellence et de référence qui intègre le système LMD (Licence Master Doctorat) notamment en gestion des ressources humaines, en réseaux et télécommunications, en marketing management et en import export.
Elle avoue avoir créé cet établissement pour contribuer à la formation des étudiants ivoiriens parce qu’elle est convaincue que le développement d’une nation forte et émergente, réside avant tout dans ses ressources humaines, donc une solide formation. «Pour atteindre le développement, il faut œuvrer à fermer les frontières de l’ignorance. L’on ne peut y parvenir sans passer par l’éducation. L’éducation est le socle d’une nation forte. L’éducation est l’instrument d’exaltation et de fortification du génie ivoirien pour relever le défi d’une Côte d’Ivoire incontournable dans le concert des grands pays dont le père fondateur Félix Houphouët-Boigny a jeté les bases », explique-telle.
A titre privée comme au niveau institutionnel, Mme Tazéré travaille dans une discrétion et une humilité qui marquent les grands hommes, au repositionnement de son pays. En août 2011, elle est nommée directrice de l’agence nationale de la salubrité urbaine (Anasur). Un établissement public à caractère industriel et commercial crée par décret N°2007-587 du 4 octobre 2007 et sous tutelle du ministère de la Salubrité urbaine. Mission assignée à cette structure : planifier, étendre, et équiper les infrastructures de salubrité urbaine. Mme Trazéré y fera un passage remarquable avant son départ en novembre 2011 suite à sa nomination en qualité de Conseiller Technique du ministre Anne Outolo.
Tout ce temps durant, il faut le préciser, la native d’Issia n’a jamais fait mystère de son militantisme au Rassemblement des Républicains (RDR). Militante convaincue de la cause de l’ex-directeur général adjoint du FMI, aujourd’hui Président de la République de Côte d’Ivoire, elle sera sollicitée pour défendre les couleurs de ce parti aux élections législatives du 11 décembre 2011. Un coup d’essai qui s’est soldé en un coup de maître. Elle s’ouvre les portes du Parlement avec plus de 66% de voix. Une performance record, le meilleur du RDR en pays Bété. Son mérite est d’autant plus grand qu’elle a donné un siège au parti à la case verte dans une circonscription où aucune formation politique, à l’instar du Front populaire ivoirien (FPI) n’a pu avoir un élu depuis 1995.
Et devient le premier cadre du RDR à donner à ce parti un élu à Issia. Mme Trazéré prouve ainsi à ceux qui étaient encore sceptiques, sa représentativité. Quoi de plus noble en effet que de représenter le peuple au Parlement.
En dépit de ses nombreuses charges, Mme Trazéré reste une bonne épouse et une bonne mère. «La famille, c’est le moteur de la vie. Un enfant sans famille est sans base », renchérit-elle. Marié, et mère de trois charmants enfants, Mme Trazéré qui allie à la perfection ambition et efficacité et qui entend travailler à l’élévation du niveau de l’Assemblée Nationale, est une pièce maîtresse avec laquelle il va falloir compter désormais sur le front du repositionnement de la Côte d’Ivoire.

Jean François Fall, Informateur.infoTrazere

Articles connexes

Leave a comment