Informateur.info-Scannage des passeports, prise d’empreintes digitales et de photos. En plus, vous devrez fournir un numéro de téléphone, décliner votre profession si elle  ne figure pas sur le passeport et donner votre lieu de résidence. C’est la formalité à laquelle tout détenteur de passeport est désormais soumis au poste de police de Yendéré. En effet, depuis le premier trimestre 2017, ce poste frontalier, porte d’entrée et de sortie de centaines de voyageurs quotidiens entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, est équipé d’un système d’analyse des données et des informations migratoires(MIDAS). Une innovation qui participe d’un meilleur contrôle  des frontières et d’une meilleure gestion sécuritaire des flux migratoires entre ces deux pays. Nous avons fait le constat du fonctionnement de ce sytème le 28 février dernier, peu avant les attaques terroristes de Ouaga survenues le 02 mars 2018.

A(re)lire/Frontière Ivoiro-burkinabè: Les plaies de la lutte contre le terrorisme

Ce poste de police voisin du poste avancé de la brigade territoriale de gendarmerie située  à 5 kilomètres de la frontière avec la Côte d’Ivoire joue un double rôle : celui d’enregistrement des passagers et de filtrage. En effet, ce dispositif mis en place dans le cadre d’une coopération entre le Japon, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Burkina Faso, permet de repérer les faux documents de voyage comme le passeport. Mieux, ce système permet l’identification des personnes recherchées.

Ce sont, à ce jour,  au Burkina Faso,  quatre postes frontaliers qui sont dotés de ce dispositif. Il s’agit de Kantchari, de Dakola, de Madouba et de Yendéré. A l’opposé, du côté de la Côte d’Ivoire , le poste de Ouangolodougou ne dispose pas encore d’un système informatique, ni biométrique. C’est aussi le cas du poste- frontière de Noé qui lui est informatisé mais pas biométrique. Il faudra tout simplement songer à doter ces postes du même système. Pour le renforcement du dispositif sécuritaire destiné  à  ‘’tamiser’’ le  passage aux frontières entre les deux pays.

Jean François Fall

 

Articles connexes

Leave a comment