@Informateur.info- Une des personnalités de premier plan de la vie politique ivoirienne, Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale, mérite que l’on s’attarde un tant soit peu, sur les évènements qui ont émaillé sa vie privée ou publique durant ces 12 mois écoulés.

 

Le 27 juin 2018, le parlement ivoirien rendait un hommage à Konaté Mamadou alias Delmas, décédé le 19 juin, des suites des inondations survenues à Abidjan. Konaté Mamadou n’était pas qu’administrateur à la direction des services législatifs. Il était l’un des plus fidèles amis et compagnons de Guillaume Soro.

 

Le 9 août 2018, Guillaume soro, président de l’Assemblée nationale offrait un déjeuner à son domicile, en l’honneur de son directeur de protocole Soul To Soul, libéré à la suite d’une amnistie de 800 prisonniers, accordée par le chef d’Etat, Alassane Ouattara. Amis, collaborateurs, membres de la famille, députés étaient présents à ce déjeuner. Kamaraté Souleymane (Soul To Soul) avait été incarcéré le 9 octobre 2017 à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA), dans l’affaire cache d’armes découverte à son domicile de Bouaké.

 

Le jeudi 27 septembre 2018, c’est un autre malheur qui va s’abattre sur l’ex-chef des Forces nouvelles, celui du décès de Moussa Ardjouma, surnommé Fayama, anciennement conseiller et membre du service protocole de l’Assemblée nationale. Le 5 octobre, le PAN s’est rendu à Bouaké, pour lui rendre les derniers hommages lors de son inhumation.

Cette note triste fera ensuite place à des moments de joie quand le 1er décembre Guillaume Soro  recevra en France, son diplôme de Master of Business Administration (MBA) à l’école de Commerce de Lyon. Le chef du parlement aura consacré deux ans à préparer ce diplôme qui manquait à son CV.

 

Yannick KOBO

Articles connexes

Leave a comment