La communauté burkinabè de la juridiction consulaire d’Abidjan auront l’occasion, ce lundi 04 juin, d’échanger avec le ministre de l’intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur. Arrivé en Côte d’Ivoire jeudi dernier dans le cadre d’une prise de contact avec la diaspora, Paul Robert Tiendrebéogo a mis directement le cap sur Bouaké et Soubré où il a commencé sa rencontre avec les Burkinabè de ces deux juridictions consulaires.
L’étape d’Abidjan qui reste de loin la plus attendue, on peut le dire, donnera lieu à des échanges francs. Tant les préoccupations de la communauté sont nombreuses. Le vote des Burkinabè de l’extérieur sera t-il effectif en 2020? Avec quels documents voteront-ils? La carte consulaire, le fonds jeune mis en place dans le cadre du TAC, l’ouverture de nouveaux consulats honoraires, l’organisation à proprement parler de la communauté, la situation précaire des déguerpis du Mont Péko…,pourraient être débattus.
Le ministre des Burkinabè de l’Extérieur pourrait aussi être amené à se prononcer sur l’intérêt à garder le Conseil Supérieur des Burkinabè de l’exterieur (Csbe) en l’état. Cet organe consultatif dont la négligence par l’Etat burkinabè le dispute à son inefficacité, fait de lui une coquille vide. La preuve, c’est finalement dans ce mois de juin que seront organisées les élections du Csbe en Côte d’Ivoire après plus de deux ans d’illégalité.
Aussi clairement que l’Ambassadeur Mamadou Zongo a déclaré « qu’aucune association de la diaspora burkinabè n’est au-dessus d’une autre », l’on attend de Paul Robert Tiendrebeogo un language clair et précis sur les questions qui seront soulevées.
Jacob Kobo
jacobblague@yahoo.fr

Articles connexes

Leave a comment