Yamoussoukro- L’Imam central de la mosquée de la paix de Yamoussoukro, capitale politique ivoirienne, Seydou Sylla, a relevé dans son sermon de fin du Ramadan 2017, que les parents ont démissionné et n’assurent pas comme il se doit l’éducation de leurs enfants. L’homme de Dieu estime que cette démission des parents est à l’origine des dérives dans la société. «La situation ne s’améliore pas. Nous avons connu le phénomène des «enfants de la rue». Aujourd’hui on parle de «microbes» ou «enfants en conflit avec la loi». Qui donc éduque nos enfants ?», s’était-il interrogé. Avant de déplorer les récents mouvements d’humeur des soldats qui ont fortement perturbé la quiétude des populations et paralysé les activités économiques. «C’est dans un climat de paix durable que le pays va pouvoir se développer. Œuvrons tous à l’instauration d’un climat de paix durable en Côte d’Ivoire. Car l’héritage que le président Houphouët-Boigny, père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne et modèle a laissé et avait toujours prôné aux ivoiriens, c’est la paix et le dialogue», a-t-il indiqué. L’Imam Seydou Sylla a estimé que : «l’ivoirien nouveau  doit pouvoir bannir la violence de son comportement».

Mais avant, l’homme de Dieu  a rappelé que le Ramadan est un mois de privations mais aussi de prières et d’adoration du Tout Puissant Allah.«Ce mois qui vient de s’achever a été une occasion pour les  fidèles musulmans de poser des actes de bienfaisance, mais aussi d’implorer le Seigneur pour le pardon de nos péchés », a-t-il dit.
Armand koffi

Correspondant régional

 

 

Articles connexes

Leave a comment