Le débat sur  l’alternance en 2020 au sein de la famille des Houphouêtistes qui est consubstantielle  à l’Appel de Daoukro lancé sur ses terres,  dans la ville éponyme, par le président du PDCI Henri Konan Bédié vient d’être clos de manière implacable et officiel. En effet,  le Chef de l’Etat Alassane Ouattara, lors de son traditionnel message à la Nation qui marque la commémoration de l’accession de la Côte d’Ivoire à la souveraineté internationale,  a  désavoué son aîné qui semblait  en avoir fait une  idée fixe. Ambiance…

Pour le coup, l’ancien président de la République doit être gros Jean comme devant. Il l’a pris dans le ‘’baba’’ aurait dit San Antonio. Et plutôt dans les grandes largeurs. « Je veux dire aux uns et aux autres que pour la prochaine élection présidentielle, tous pourraient se porter candidats, selon les dispositions de notre Loi fondamentale qui garantit des élections démocratiques et transparentes’’, a disposé le président Ouattara. C’est ce qui s’appelle une déconvenue ! Et pourtant, Bédié croyait encore que son cadet viendrait à sa rescousse, lui qui a bénéficié des retombées de l’Appel de Daoukro qui ‘’gravait dans le marbre’’  ladite alternance.  N’Zuéba pour qui la question de la reconquête du pouvoir par le PDCI en 2020  était ‘’non négociable’’ comme il l’a dit de manière subliminale à son retour de Paris sait dorénavant sur quel pied danser.

Désormais, les choses sont claires : il n’y aura pas de candidat du RHDP au 1er tour de la présidentielle 2020, au rebours des ‘’croyances’’ du patron du vieux parti qui ne fait pas mystère de sa volonté de voir son parti en haut de l’affiche en 2020.   Chaque composante de la famille des Houphouëtistes est libre de présenter le candidat de son choix, selon Alassane Ouattara qui, pour le coup montre  qu’il partage les sentiments des cadres et responsables du RDR qui ne prennent pas de gants pour récuser l’idée même d’alternance.  ‘’Le pouvoir ne se donne pas’’, ironisait le Député Dah Sasan, président de la jeunesse du parti au pouvoir. Avant lui, le ministre Cissé Bacongo avait rué dans les brancards. « On ne s’est pas battus pendant si longtemps pour faire deux (2) mandats seulement », avait-il lancé au plus fort du débat sur l’alternance.

Dernière réaction mais non la  moindre, la saillie  du Chef de l’Etat a le mérite de la clarté. Elle place chaque composante ou membre de la famille des Houphouëtistes devant ses responsabilités : être ou ne pas être dans les starting-blocks’’ en 2020 ? Lire la suite sur lageneraledepresse.net

Articles connexes

Leave a comment