Le ministre de l’Intégration et des Burkinabè de l’Extérieur du Burkina Faso Paul Robert Tiendrebeogo était ce lundi 04 juin 2018 au Consulat général sis au Plateau où il a échangé avec ses compatriotes résidant en Côte d’Ivoire. Aucune question n’a été éludée.

Prenant la parole après les ‘’salamalecs’’ du maître de cérémonie, le ministre Paul Robert Tiendrebeogo a situé son auditoire sur les motifs de sa présence sur les bords de la lagune Ebrié avant de traduire les salutations du président RMC et du gouvernement. «Je suis heureux d’être parmi vous ce matin. Ma présence est la preuve de votre importance pour la mère-patrie qui attend beaucoup de vous. Le président Roch Marc Christian Kaboré et le gouvernement me chargent de vous transmettre leurs salutations et leurs encouragements», a assuré, en substance, le ministre Paul Robert. Après les propos liminaires de l’illustre hôte, la parole a été donnée à l’assistance qui n’a pas boudé son plaisir.

En effet, les différents intervenants ont fait part de leurs préoccupations et attentes. Aucune question n’a été éludée. De la participation de la Diaspora burkinabè aux prochains scrutins, à commencer par la présidentielle 2020, aux relations entre délégués consulaires, délégués CSBE et présidents d’associations, en passant par la question de la carte consulaire que l’on dit biométrique alors qu’elle ne le serait pas, en réalité, etc. tout y est passé, à la grande joie des participants qui n’ont pas caché leur intérêt.

Le représentant du pouvoir MPP qui s’est départi de toute langue de bois a répondu sans faux-fuyants et sans circonvolutions aux questions de ses compatriotes. Pour ce qui concerne le vote de la Diaspora en 2020, Paul Robert Tiendrebeogo a été très clair : «La Diaspora burkinabè votera, bel et bien, en 2020. Cela ne fait l’ombre d’aucun doute », a-t-il indiqué.

Quant aux relations entre les délégués consulaires et les délégués CSBE, il a rappelé que les premiers sont antérieurs aux seconds. De plus, les délégués consulaires sont propres à la Côte d’Ivoire et aucun texte administratif ne régit leur existence. Le ministre a dit que son département travaillait à la normalisation de leur statut. A ceux qui auraient voulu que les délégués CSBE soient rémunérés, Paul Robert a assuré que cela n’était pas pour l’instant à l’ordre du jour et qu’il considérait que ces derniers apportaient leur contribution à l’effort commun.

Pour ce qui est des relations entre les délégués consulaires et les présidents d’associations, l’Ambassadeur Mamadou Zongo a pris la parole pour ‘’dire sa part de vérité’’. «Je pense que la question des rapports entre les délégués consulaires et les présidents d’associations, est un problème de compréhension. Les gens ne connaissent pas toujours jusqu’où vont leurs compétences. Nous allons trouver des règles consensuelles pour résoudre les problèmes », a-t-il conseillé.

Le ministre Paul Robert Tiendrebeogo est ensuite intervenu pour faire un sort à la lancinante question de la carte consulaire. Il a soutenu que les détenteurs de la carte ont un problème avec le secteur privé, notamment, les banques, puisque les structures publiques ne font aucune difficulté ou ne devraient pas en faire. Il a, en outre, réaffirmé que la ‘’carte consulaire est biométrique’’.

L’Ambassadeur du Burkina Faso en Côte d’Ivoire, Mamadou Zongo, de même que le Vice-Consul assurant l’intérim du Consul Géneral étaient présents à cette rencontre.

René Ambroise Tiétié

Articles connexes

Leave a comment