Informateur.info- Le comité de coordination élargi (CCE) s’est réuni le mercredi 07 septembre 2016, sous la présidence du Professeur Mariatou KONE, Ministre de la solidarité, de la cohésion sociale et de l’indemnisation des victimes pour faire le point de la situation du mont PEKO un mois après l’évacuation d’environs 39.000 personnes. Cette rencontre a été l’occasion pour Mariatou KONE d’exprimer la reconnaissance du Gouvernement aux partenaires humanitaires pour leur appui constant. M. Babacar Cissé, coordonnateur humanitaire a situé le contexte de la rencontre, présenté de manière générale les besoins humanitaires et les actions à réaliser.
Une présentation plus détaillée a été faite par OCHA (organisation des nations unies pour l’action humanitaire) à la suite de coordonnateur. Cette présentation a permis de ressortir les besoins prioritaires des nombreuses familles qui occupaient illégalement le parc, il s’agit entre autres de la sécurité alimentaire, l’eau et l’assainissement, l’accès aux soins, l’éducation et les abris et biens de première nécessité. Ces besoins constituent une forte pression sur les familles d’accueil, ces populations de bonne volonté qui ont reçu les déguerpis.
Plusieurs efforts sont consentis par les partenaires humanitaires depuis le déguerpissement. A la suite du don de vivres et non vivres fait par le Ministère de la solidarité, les humanitaires ont apporté un appui considérable à ces populations en réponse aux besoins cités plus haut. Cependant la situation reste alarmante. Cela peut favoriser le retour des populations dans le parc du fait de la pénurie alimentaire. Les prochains jours s’annoncent très difficiles, toutes les institutions impliquées  font en ce moment un plaidoyer auprès des donateurs, elles sollicitent également  l’appui du gouvernement pour une réponse urgente. Un plan d’actions a été présenté au cours de la rencontre qui prend en compte les problèmes et présente les réponses aux besoins prioritaires.
En matière de santé, l’UNICEF et l’UNFPA prévoient la mise à disposition des kits de santé et d’accouchement, la vaccination des enfants et la prise en charge des malnutris. En matière de sécurité alimentaire, un don de vivres et non vivres sera fait par le Ministère de la solidarité dans les prochains jours après celui fait en Août dernier.
En matière d’éducation, un appui en kits scolaires et kits enseignant est prévu ainsi que la construction de passerelles pour les cours. En matière de protection, il est prévu des actions de protection de l’enfant contre l’abus et l’exploitation. L’OIM pourrait se charger de l’organisation des retours vers les pays d’origine pour les ex-occupants qui souhaiteraient retourner dans leurs pays d’origine conformément au dernier TAC tenu à Yamoussoukro.
Il est important de souligner que ces populations sont composées en majorité de ressortissants burkinabés.
Il convient donc de souligner que les réponses doivent être imminentes pour éviter plusieurs problèmes notamment le retour des populations dans le parc, les conflits intercommunautaires et des épidémies. Le gouvernement a beaucoup peiné pour faire sortir ces populations du parc, si rien n’est fait tous ces efforts auraient été faits en vain. (Mariatou KONE)
Notons que cette réunion intervient un mois après le départ des populations le 30 Juillet dernier.

Service Communication

Ministère de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de l’indemnisation des victimes

 

Articles connexes

Leave a comment