Le dimanche 27 novembre dernier, les partis politiques de Droite et du Centre de France ont élu, à plus de 66%, Monsieur François Fillon comme leur candidat à la prochaine présidentielle française prévue pour 2017. Cette élection fait suite à l’organisation de primaires au sein de la Droite et du Centre. Le choix de François Fillon, par les français de droite et du centre, a déjoué tous les pronostics des plus grands sondeurs d’opinion. Quand nous avons vu Alain Juppé et François Fillon se saluer devant les caméras du monde entier, nous avons compris que la France confirme plus que jamais qu’elle est un grand pays de démocratie.

Chez nous, en Côte d’Ivoire, nous constatons qu’après la publication de la liste provisoire des candidats à l’élection législative, il y a plus de 600 candidats indépendants. Les questions qui se posent sont les suivantes : Pourquoi autant de candidatures indépendantes se réclamant du PDCI ou du RDR ? Pourquoi autant de désirs de désobéissances à la discipline des partis ?  Que s’est –il passé pour que les directions des partis en soient arrivées à constater ces multitudes de candidatures indépendantes ? Pourquoi, comme le suggéraient certains, n’avons-nous pas utilisé d’autres voies de désignations de nos candidats ?  Les primaires par exemple. L’on me rétorquera que les primaires laissent toujours des séquelles. Soit ; si cela marche en France, notre exemple en matière de démocratie, pourquoi pas chez nous. Je me souviens encore que le PDCI-RDA, dans les années 95, avait procédé à des primaires et cela a marché. Il n’y a pas eu d’indépendants par la suite. Et le militantisme de leurs cadres ne s’est pas étiolé pour autant.

Aujourd’hui, l’indiscipline de certains militants du RDR et du PDCI rejailli sur l’image de nos partis et met à mal l’autorité de nos deux grands Chefs que sont le Président Alassane OUATTARA et le Président Henri KONAN BEDIE. Ce qui n’est pas bien pour ces deux illustrent personnalités qui mettent tout en œuvre pour sauver et pérenniser l’héritage  de Félix Houphouet Boigny.  Cela m’amène à souhaiter que des réflexions profondes soient menées au sein du RHDP pour redéfinir nos modes de désignations de nos représentants aux élections locales. Peut-être que des critères de désignation transparents, communiqués et connus de tous nous auraient évité le spectacle auquel nous assistons en ce moment. Il y va de la survie de notre coalition politique, le RHDP.

En tout état de cause, toutes les stratégies s’apprécient à l’épreuve de l’action et aux résultats. Nous souhaitons bon vent à tous les candidats et donnons-nous rendez-vous le 19 décembre 2016 pour tirer les leçons qui s’imposeront nécessairement et obligatoirement à nous tous.

Le Ministre Joël N’GUESSAN

Secrétaire Général Adjoint chargé de la Communication, Porte-parole du RDR

 

Articles connexes

Leave a comment