@Informateur.info- Suite à l’audience du vendredi 1er février 2019, la chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI), à l’unanimité de ses juges a décidé de libérer sous conditions, l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, et son bras droit, Charles blé Goudé.

Ainsi, dans la soirée d’hier, ils ont quitté la prison pour un lieu transitoire, un hôtel de la Haye,  en attendant que le greffe finalise les conditions de leur accueil dans un tiers Etat, qui aurait donné son accord. En effet, si la Belgique a donné son accord pour recevoir l’ex-chef d’Etat, Laurent Gbagbo, elle a par contre décliné « l’offre » concernant l’ancien leader des jeunes patriotes. Selon les arguments avancés par les autorités belges, concernant le président du FPI, sa seconde épouse, Naby Bamba et l’un de ses enfants y vivent déjà. Il s’agira en quelque sorte d’un regroupement familial, contrairement à l’ancien secrétaire de la Fédération estudiantine et scolaire et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) qui n’aurait aucune attache familiale dans ce pays. Qu’à cela ne tienne, la CPI poursuit ses consultations avec  les différents pays proches avec la Haye, pour trouver un pays disposé à accueillir transitoirement Charles Blé Goudé.

Selon le porte-parole de la CPI, Fadi el Abdallah, il s’agit d’identifier un Etat prêt à satisfaire les conditions établies par les juges de la chambre d’appel.

Yannick KOBO

 

Articles connexes

Leave a comment