@Informateur.info- L’entrée en vigueur, ce vendredi 9 novembre 2018 de l’augmentation du prix du super et du gasoil au Burkina Faso n’est pas du goût de la Coalition nationale de la lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC). Dans un communiqué rendu public hier jeudi, la structure présidée par Chrysogone Zougmore élève une vive protestation. «C‘est avec stupéfaction, doublé d’un sentiment d’indignation, que la CCVC a appris la décision prise par le gouvernement, d’augmenter de 75 francs CFA ( !) les prix de litres de « super » et de « gasoil », à partir du vendredi 09 novembre 2018», mentionne le communiqué qui fait relève le contraste avec le quotidien des Burkinabè en ces termes :«Alors que nos populations ploient déjà sous le poids de la vie chère et la misère, dans l’indifférence totale du pouvoir en place, une telle attitude, cynique et méprisante, apparaît comme une grossière provocation face à laquelle, la CCVC et l’ensemble des forces sociales soucieuses du bien-être de nos populations ne sauraient rester indifférentes».

 

Pour cette plateforme de la société civile, cette hausse du carburant, s’apparente d’autant plus  à une provocation. En perspective de la flambée des prix des denrées alimentaires et des produits de grande consommation que va induire cette augmentation du coût du carburant, la CCVC appelle d’ores et déjà les populations des  villes et campagnes, à rester en état de veille et à se mobiliser, en attendant les mots d’ordre d’actions concrètes.

 

Yannick Kobo

 

 

 

 

Articles connexes

Leave a comment