Informateur.info- L’augmentation du prix du Super et du Gasoil, entrée en vigueur le 9 novembre dernier au Burkina Faso continue de susciter des réactions au sein de la société civile.

La dernière réaction émane de l’Alliance pour la défense de la patrie (ADP) et la Convergence citoyenne et panafricaine (CCP). Ces deux structures s’insurgent  avec  véhémence contre cette décision qu’il juge méprisant pour les populations et annonce par la même occasion des actions de protestation.

Dans une déclaration conjointe publiée, le dimanche 11 novembre 2018, les l’ADP et la CCP juge « fallacieux» les arguments avancés par le gouvernement. «Le gouvernement pour faire avaler cette couleuvre et sa forfaiture décisionnelle choisit ces morceaux suivants: l’insoutenabilité de la subvention accordée par l’État à la Sonabhy, l’augmentation du prix du  baril de pétrole à l’international, l’harmonisation des prix du carburant dans l’espace uemoa, la participation des citoyens à l’effort de guerre», énumère la déclaration.

Pour Abraham Badolo, président de l’ADP et Ousmane So, président de la CCP si le peuple ne réagit pas le gouvernement pourrait envisager d’autres mesures d’austérité. «Masse populaire et laborieuse, l’heure est grave. L’heure de la mobilisation populaire a sonné pour faire barrage à cette décision inique du gouvernement. Nous appelons à la mobilisation de l’ensemble des forces et à l’unité de lutte pour amener le gouvernement à revenir à la raison», indiqué la déclaration.

Abraham Badolo et Ousmane So ont conclu leur déclaration conjointe sur cet appel: «Nous appelons les populations à se tenir prêtes et se mobiliser pour  toutes les actions de protestations démocratiques reconnues par notre constitution, que viendraient à lancer les forces sociales authentiques ».

 

Yannick Kobo

Articles connexes

Leave a comment