Elu le 13 Juin 2015 à une majorité écrasante sur ses adversaires, pour un mandat de cinq ans, le délégué consulaire burkinabè de Gagnoa, Tiendrebeogo Ouango Michel, a été démis de ses fonctions après un an et huit mois d’exercice, par le consul honoraire de Soubré, Zoundi Jean de Dieu, au profit de Mme Samata Sampheogo Thérèse, institutrice à la retraite. Et ce, de manière clandestine, à l’insu du concerné et de ses compatriotes, d’après un témoin.

g

Cette situation a engendré une crise et la division des burkinabè à Gagnoa ville et dans ses sous-préfectures. Vendredi dernier, des partisans du délégué démis avaient prévu l’organisation d’une marche de protestation. Mais prévenus par les autorités policières des risques d’infiltrations à des fins de sabotage, la marche a dû être abandonnée au profit d’un meeting au siège de la délégation consulaire de Gagnoa dans le quartier Baoulé-bougou. Au cours de cette rencontre avec la communauté, Michel Tiendrébéogo est revenu sur les raisons de sa suspension. Selon lui, la raison officielle que le Consul honoraire a mentionnée dans la lettre de suspension est «qu’il ne travaille pas à la cohésion de la communauté burkinabè de Gagnoa». Ce que rejette-le concerné qui croit que les vraies raisons se trouvent ailleurs. Pour Michel Tiendrébéogo il y a à la fois une affaire d’argent et d’autres considérations. «J’ai posé une doléance  au président Burkinabè, Roch Marc Kaboré, lors de sa visite à Yamoussoukro en juillet 2016, pour que Gagnoa  soit érigé en consulat et si Gagnoa est érigé en consulat du coût, le consul de Soubré va voir ses intérêts menacés, puisque Gagnoa est un grand centre et c’est ce qui a fâché le Consul Honoraire», a-t-il expliqué. Avant d’évoquer une visite qu’a effectuée l’Ambassadeur du Burkina Faso, Zongo Mahamadou le 17  novembre 2016. «A cette occasion le Consul Honoraire de Soubré m’a reproché de n’avoir pas mobilisé nos compatriotes pour accueillir son Excellence. Et pourtant il y a eu une forte mobilisation ce jour là et malheureusement l’hôte attend n’est pas arrivé. L’Ambassadeur s’est plutôt rendu à Guibéroua et ce n’est que le lendemain qu’il est venu à Gagnoa. Il était difficile de remobiliser les gens comme la veille», précise le délégué Consulaire.

g2

Par ailleurs, les partisans de Michel Tiendrébéogo, n’approuvent pas le fait qu’il ait été démis de ses fonctions et remplacé par une autre personne par le Consul Honoraire Zoundi et l’ambassadeur Burkinabè, Mahamadou Zongo. Pour eux, l’ambassadeur a outrepassé ses droits, en venant de façon clandestine lui et le Consul Zoundi, installer Mme Samphoego Thérèse. Ils ont exprimé leur mécontentement au cours du meeting et qualifient l’acte du Consul et de l’ambassadeur de dictature, de corruption et d’abus de pouvoir. A cet effet, les pancartes brandies à ce meeting étaient expressives de la colère des manifestants: «Ambassadeur Burkinabè et Consul dégagez», «Samata Sampheogo dégage», «Ambassadeur Burkinabè honte à toi».

Le rétablissement du délégué démis est soutenu par de nombreuses associations de femmes et de jeunesse burkinabè de la région. Une situation que les autorités Burkinabè doivent rapidement gérer avant que les choses ne s’enveniment.

Georges Kouamé (Envoyé spécial à Gagnoa)

 

Articles connexes

Leave a comment