Du 11 au 13 juillet prochain se tiendra à Ouagadougou la capitale Burkinabè le forum national de la diaspora. Cette rencontre annoncée par le président du Faso dans son discours à la nation du 31 décembre 2017 participe de sa volonté d’associer les Burkinabè de l’extérieur à la construction du Burkina Faso. Et l’un des moyens d’y parvenir aura été la mise en place d’un ministère dévolu à ces Burkinabè vivant hors du pays.

En effet, dès la création du ministère de l’intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, le président du Faso engageait le processus de sa promesse de campagne qui devrait aboutir, entre autres, à l’effectivité du vote de la diaspora en 2020 et à l’intégration de cette frange de Burkinabè dans certains projets au Burkina Faso . A en croire le ministre de l’intégration, Paul Robert Tiendréogo qui a accordé une interview à notre confrère Lefaso.net, ce sont environ 200 participants venant de la diaspora qui sont attendus à ce forum. Selon M. Tiendrébéogo, il s’agira «de réfléchir autour des questions de protection, de promotion, de réinsertion de nos compatriotes vivant à l’extérieur. Promotion également de cadres et de l’expertise nationale».

Au cours de ces trois jours, les participants débattrons également, selon le ministre, des opportunités d’investissements au Burkina. Ce qui va donner lieu à des exposés à même d’édifier les participants. L’un des points saillants de ce forum sera la rencontre que les participants auront avec le chef de l’Etat. «Ils pourront poser des questions au Chef de l’Etat, qui va leur apporter des réponses et leur décliner aussi sa vision sur le thème autour duquel ils vont plancher», a précisé le ministre Paul Robert Tiendréogo.

En marge des échanges, il y’aura une opération de sang de sang et les participants assisteront également à la pause de la première pierre de la cité de la diaspora. En effet, le gouvernement a identifié un site qu’il va aménager et permettre aux Burkinabè de l’extérieur de se construire un toit. « Le ministère de l’Urbanisme et de l’habitat a lancé ce programme. On va travailler à ce que, lorsqu’il y a des opérations immobilières organisées par l’Etat, on puisse réserver un quota à la communauté burkinabè vivant à l’extérieur », a conclu le ministre.

Mais à la question de savoir qui sont les personnes triées sur le volet qui prendront part à ce forum, le ministre de l’intégration répond dans les colonnes de notre confrère, en ces termes : « Nous avons une première catégorie de participants, que sont les délégués au Conseil supérieur des Burkinabè de l’extérieur (CSBE). Ce sont des interfaces que nous avons créés entre l’administration et la communauté et ils sont élus à travers toutes les juridictions de nos Ambassades. En plus de cette catégorie de participants, nous avons souhaité avoir aussi les différentes couches socioprofessionnelles de la communauté vivant à l’extérieur»

Dalima Dahoué, Informateur.info

Articles connexes

Leave a comment