Le gouvernement Gon II rendu public ce mardi  10 juillet 2018 a la particularité de compter en son sein un ministre plein qui, d’habitude, est incorporé à un plus vaste ensemble, de sorte que ledit ministère a toujours été une composante d’un département. Il s’agit, on l’aura deviné, du ministère de la Ville attribué à François Albert Amichia, ministre des Sports et des Loisirs.

A l’analyse, ce ministère va faire doublon avec des structures décentralisées, tels les Districts, les Mairies et les Conseils régionaux. Que va concrètement faire le ministère de la Ville que ne font déjà les structures précitées ? Il faut craindre des conflits de compétences.

En réalité, la création de ce ministère va créer plus de problèmes qu’il n’en résoudra. C’est une regrettable incongruité qui démontre, si besoin  en était, que ce gouvernement procède d’une alchimie politique. Comment s’en étonner au moment où la guéguerre entre pro et anti-parti unifié fait rage au sein de la coalition au pouvoir? Il s’agit de ne pas frustrer ceux qui, au PDCI, ont ouvertement pris position pour le parti unifié contre la décision du Bureau politique du vieux parti.

 

Tassigny Auriol

Articles connexes

Leave a comment