@Informateur.info- Les populations d’Abidjan et celles de l’intérieur du pays se sont adonnées à des jets de pétards aux détonations les plus abasourdissants et aux feux d’artifices, avant et pendant la célébration de la fête de la nativité. Les «artificiers» et autres amateurs de sensations fortes n’ont pas boudé leur plaisir malgré la mesure d’interdiction prise par le gouvernement. En effet, le 21 novembre dernier, le ministère de l’intérieur et de la sécurité avait produit un communiqué interdisant les pétards et les feux d’artifices. «Les  contrevenants s’exposent aux  sanctions prévues par les lois et règlements en vigueur», avait promis le ministre Sidiki Diakité. Malheureusement, la mesure comme bien d’autres n’a pas été respectée.

 

Si pour l’heure, aucun incident dramatique n’a été signalé, l’on s’interroge en revanche sur les dispositions pratiques envisagées par le ministère de l’intérieur pour décourager ces incorrigibles qui troublent la sérénité des populations. Car une chose est de se doter de lois, et une autre est de l’appliquer véritablement.

 

Aussi, pour plusieurs ménages interrogés sur la violation de cette décision, ils ont pratiquement la même réponse.  «C’est la faute du gouvernement, si, les gens ne vendent pas, comment on va se procurer les pétards», quand  d’autres donnent la solution «mieux vaut contrôler les frontières pour empêcher l’importation de ces explosifs que produire des communiqués qui n’ont aucun effet».

 

Yannick KOBO

 

 

 

 

Articles connexes

Leave a comment