Ils étaient en fin de compte, trente trois élèves qui par supercherie utilisé leur portable sur lequel des individus leur communiquaient les corrigés des épreuves au BAC. Pris par les surveillants le jeudi dernier, ils ont été déférés vendredi 6 juin au tribunal de première instance après avoir été entendu par la police. Le procureur près le tribunal de première instance de Toumodi, les a libérés le même jour selon la dernière information reçue de la police.

Après cette libération, l’on s’interroge sur ce que prévoit la loi sur ce cas de figure?

Armand Koffi

Correspondants Régional

Articles connexes

Leave a comment