Lancée il y a quelques mois par le gouvernement ivoirien, la troisième phase de l’opération de sécurisation des biens et des personnes sur le territoire national, nommée «Opération Epervier 3», semble ne plus exister ou vouée à l’échec, vu les actes de grand banditisme constatés dans les villes de la Côte d’Ivoire, notamment à Abidjan pendant que se déroule ladite opération.
Il y a deux semaines, jour pour jour, une jeune dame a été poignardée à mort à Yopougon-Nouveau Quartier par les ‘’microbes’’, pendant que l’Opération Epervier 3 suit toujours son cours. Comment cet acte odieux a-t-il pu se produire en plein Opération Epervier 3 ? Cela se justifierait, peut être, par le manque de rigueur dans les actions menées par les forces de défense et de sécurité, mobilisées pour la réalisation de cette opération.
Outre cet acte atroce, les «microbes», ces tueurs sans visage, se manifestent presque dans toutes les communes de la ville d’Abidjan, la capitale économique de Côte d’Ivoire. Le jeudi 7 décembre 2017, ces ‘’bandits en culottes’’, se sont affrontés à la machette dans les communes d’Adjamé et d’Attécoubé, sans que la police n’intervienne. Ce genre de manifestations est fréquent à Abidjan, sans que les auteurs soient inquiétés par les forces de défense et de sécurité.
En plus, les actes de banditisme, tels que les meurtres lors des agressions à main armée sont très récurrents dans le district d’Abidjan et dans les villes de l’intérieur. La population vit donc dans une insécurité totale.
Tout porte à croire que Epervier 3 ne fait pas peur aux bandits. Dès lors, on peut se poser certaines questions. Où en est l’Opération Epervier 3 ? Est-elle déjà vouée à l’échec ?
Déboussolés, les Ivoiriens se demandent si le gouvernement pourra un jour mettre fin au phénomène des «microbes». Si la police nationale, chargée de la bonne marche et le suivi de cette opération donnait des réponses à ces préoccupations , les citoyens auraient peut être le sentiment d’être protégés et sortiraient de chez eux sans avoir la peur au ventre.
Cette opération avaient pourtant donné de l’espoir aux Ivoiriens quant à leur sécurité, surtout que la police a posé quelques actes de bravoure de nature à rassurer les populations. Ces actes sont notamment, l’interpellation et l’arrestation de plusieurs barons du trafic de stupéfiants de la Côte d’Ivoire et de la sous-région. Mais également de plusieurs redoutables bandits qui sévissaient dans le pays.

Georges Kouamé

Articles connexes

Leave a comment