En visite à Abidjan, la CODER prône une réconciliation inclusive des Burkinabè

En visite à Abidjan, la CODER prône une réconciliation inclusive des Burkinabè

100
0
PARTAGER

L’opposition au régime Kaboré regroupée au sein de la CODER a rencontré la diaspora burkinabè en  Côte d’Ivoire, dans la capitale économique Abidjan, le mardi 11 avril 2017 dans la commune d’Attécoubé.

La coalition pour la démocratie et la réconciliation (CODER) était face aux burkinabè vivant en terre ivoirienne, pour leur délivrer un message dans le cadre de ses actions en faveur de la paix à travers la réconciliation de tous les fils et toutes les filles du Pays des Hommes Intègres. Telle est la raison fondamentale qui a conduit la délégation des partis politiques réunis sous la bannière de la CODER, dont l’actuel président est Me Gilbert Noël Ouedraogo, à se rendre sur les bords de la lagune Ebrié. C’est sur un ton solennel empreint de responsabilité et d’engagement  que le premier responsable de cette coalition de l’opposition burkinabè s’est adressé à ses concitoyens de la diaspora. Le message s’est articulé autour du thème central de la réconciliation nationale,  «pour parvenir à une paix véritable et durable sans laquelle le Burkina Faso est condamné à disparaitre» a-t-il indiqué. Pour ce faire, quatre points focaux ont été identifiés par la CODER pour mener à bien sa mission. Il s’agit de  la justice (le ciment de la réconciliation), de la paix et de la réconciliation ; de la remise de la nation burkinabè au travail pour la sortir de  sa léthargie, vu la montée de la fronde sociale ; la relance économique. «Car, depuis 2014,  les difficultés économiques se sont accrues ; et enfin, la sauvegarde de la démocratie. D’ou, il apparait plus que jamais impérieux de travailler à exclure l’exclusion» a-t-il précisé.

a

Abordant le chapitre des élections présidentielles prochaines, Me Gilbert Noël Ouedraogo, a fait part à l’assemblée  de la préoccupation première de la coalition. Celle de parvenir à faire admettre à l’Etat burkinabè, le vote de tous les Burkinabè vivant hors de la mère-patrie. «Telle a été depuis toujours notre lutte, car les élections doivent se faire avec tous les Burkinabè»,  a-t-il souligné. Et de poursuivre : «Et si tout se déroule dans les normes démocratiques, le futur président du Burkina Faso sortira de nos rangs c’est-à-dire de la CODER ». Notons que dans la matinée du mardi, la Coder a échangé avec l’ex-président du Faso, Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire.

Il faut signaler que la CODER a été mise sur pied le 16 octobre 2016. Elle est une coalition de sept partis de l’opposition qui sont l’ADF/RDA de l’actuel président, l’UNDD, le CDP, le Faso autrement, le RFR, les Républicains et le NAFA qui assurera la présidence du CODER très prochainement. Puisque,  c’est un système de présidence tournante mis en place par les leaders des sept partis coalisés au sein de la CODER. Et la durée d’un mandat à la tête de la CODER est de trois mois.

Yannick Kobo

SANS COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE