L’heure semble être au bilan pour les candidats aux postes de délégués au Conseil supérieur des Burkinabè de l’étranger(CSBE) de la juridiction Consulaire d’Abidjan qui n’ont pas reçu le suffrage des électeurs. En effet, trois jours après l’élection qui s’est déroulé dans l’enceinte du Consulat Général d’Abidjan, des candidats malheureux ont commencé à donner de la voix. Certains pour relever des insuffisances de l’organisation et d’autres pour s’élever contre ce qui pourrait être qualifié comme une «trahison» de leur base électorale.

Cela semble être le cas pour Mme Sonia Kaboré qui s’est fendue d’une réaction sur sa page facebook, ce mercredi 4 juillet, en lien avec sa défaite. Secrétaire Générale de la Fédération des femmes leaders d’association Burkinabè en Côte d’Ivoire (Fflab-ci), Mme Sonia ne s’imaginait pas un seul instant perdre ces élections. Légitimement, elle croyait être adossée à un baobab quand elle se portait candidate pour le poste de délégué au Csbe. «La Fllab-ci, rappelle t-elle, c’est au moins 30 associations féminines réunies». Il aurait fallu que chaque association lui donne 15 ou 20 voix pour que sa victoire soit assurée. Mais au lieu de cela, la candidat n’a récolté que 21 voix et s’est positionnée au 9ème rang sur 5 postes à pouvoir. «Ses consœurs ont –elle mesuré la portée de cette élection», s’est interrogé Mme Kaboré.

Mais à l’analyse de sa publication sur sa page Facebook, il apparait clairement dans le message de Sonia kaboré, que les femmes de sa fédération n’ont pas su faire fi des considérations politiques. Ce qui met en péril leurs efforts communs au sein de la fédération pour en faveur de la femme. «Vous (ndlr les femmes) aviez préféré suivre le mot d’ordre de votre direction et vous saborder»,  a-t-elle dénoncé. Avant de faire remarquer à ces dernières : «Sachez aujourd’hui que les hommes se moquent de vous en vous demandant tout simplement de retourner dans vos cuisines pour mieux vous occuper de vos casseroles et assiettes. Qui mieux qu’une femme peut défendre vaillamment vos intérêts auprès des hommes et des autorités gouvernementales?»

La seule femme candidate à l’élection du Csbe-Abidjan, s’est donc sentie combattue par ses propres sœurs et consœurs. Mais le mal étant déjà fait, Mme Sonia Kaboré ose croire que son échec qui est aussi celui des femmes permettra à ces dernières de rectifier le tir à l’avenir. «Vaillantes femmes burkinabè de Côte- d’Ivoire réveillez-vous et ouvrez grandement les yeux. Menez le combat juste et vrai pour votre bonheur», a-t-elle conclu sur ces notes d’espérance.

Yannick Kobo

jacobblague@yahoo.fr

Articles connexes

Leave a comment