Dr Yéo Kanabéin, président du FCR: «L’accord avec les mutins consacre la...

Dr Yéo Kanabéin, président du FCR: «L’accord avec les mutins consacre la division de l’armée ivoirienne»

30
0
PARTAGER

Le président du Front Citoyen  pour le Renouveau (Fcr), Dr Yéo Kanabéin Oumar est très critique au regard des remous sociaux qui secouent la Côte d’Ivoire depuis quelques mois. S’agissant des revendications des militaires, ce professeur d’université estime que «beaucoup d’Ivoiriens sont surpris  de l’engagement du gouvernement». Mieux, il s’interroge : «Pourquoi une partie des mutins et non pas les autres corps de l’armée ?». Pour Dr Kanabéin une telle démarche consacre la division au sein de l’armée ivoirienne. Selon lui, cette énième mutinerie ne devrait pas se produire dans la mesure où, le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara avait lui-même reconnu la dette et même déjà payé une bonne partie.

Concernant la «journée de la colère décrétée pour le samedi 17 juin prochain» par l’honorable Pascal Affi N’Guessan, président du Front Populaire Ivoirien (Fpi) et de l’Alliance des Forces Démocratiques (Afd), le leader du Fcr dira, tout simplement, ceci : «J’espère qu’il a pris la mesure de la situation en prenant cette décision. Je souhaite que les pauvres militants ne seront pas mâtés  le jour de la marche».

Au delà  de tout ce qui se trame  dans la vie politique ivoirienne actuelle, les préoccupations du président du FCR semblent ailleurs, comme en témoignent ses dires : «Les stratégies du parti ne mettent pas en parenthèses les élections municipales éventuelles de 2018, mais, mon parti  met l’accent sur les élections présidentielles de 2020, pour opérer un changement significatif en Côte d’Ivoire». Enfin,  le président du Front Citoyen pour le Renouveau déclare être prêt pour les futures batailles présidentielles de 2020 en Côte d’Ivoire. Election qu’il  compte remporter pour gouverner autrement le pays, par un changement notable des choses, au nom de la paix, de la cohésion sociale et du vrai développement  attendu par les ivoiriens.

Yannick Kobo

 

SANS COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE