Après l’officialisation de la nouvelle direction du Rassemblement des Républicains (RDR), les uns et les autres ont marqué, avec surprise, l’absence du nom du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly de la liste des vice-présidents. Et pourtant.

Le 10 septembre dernier, au terme du 3ème Congrès ordinaire du RDR, le Chef de l’Etat Alassane Ouattara avait pris le soin de nommer aux postes-clés, Mmes Henriette Dagri Diabaté, Kandia Camara et le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, respectivement, présidente, secrétaire générale et 1er vice-président du parti présidentiel. Mais voilà que deux mois plus tard, le dernier cité disparait de l’organigramme de la nouvelle direction, sans ‘’laisser d’adresse’’. Comme s’il n’avait jamais été nommé au poste de 1er vice-président. On se perd en conjectures. Que cache donc cette ‘’omission’’ si tant est que c’en est une ? Le président Ouattara prépare-t-il autre chose, quelque chose de plus ‘’costaud’’ pour son Premier ministre ? Ou, celui-ci dont on connait, peu ou prou, les préventions contre Guillaume Soro, n’a-t-il pas voulu être nommé au même titre que ce dernier? Histoire de montrer qu’il est au-dessus du président de l’Assemblée nationale au sein du RDR. A la vérité, l’absence de Gon Coulibaly de la liste des vice-présidents pose plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Si la présence de Guillaume Soro dans la nouvelle direction du parti présidentiel visait à donner le signal que la famille des Républicains est désormais unie, en revanche, l’absence d’AGC apporte la preuve du contraire. On a donc un double signal qui n’aide guère à rassurer les militants. La présidente du parti Mme Dagri Diabaté est désormais tenue de s’expliquer sur les raisons qui fondent l’absence du premier 1er vice-président de l’organigramme de la nouvelle direction. C’est une démarche dont elle ne peut faire l’économie. Sauf à vouloir cacher les problèmes qui minent (déjà) son équipe. Ce serait du plus mauvais effet.

Tassigny Auriol

Articles connexes

Leave a comment