Le mardi 10 avril 2018, les présidents Bédié et Ouattara se sont rencontrés dans le cadre de leurs concertations habituelles à l’effet de trouver des réponses aux ‘’bisbilles’’ qui secouent les deux formations et de fixer le cap par rapport à la coalition au pouvoir dont ils constituent la ‘’tête pensante’’.

Cette rencontre est intervenue au moment où les questions qui fâchent, notamment, le débat sur l’alternance et le parti unifié, semblent avoir crispé durement les relations entre le PDCI et le RDR. Les uns et les autres, dans les deux camps s’attendaient donc à ce que des compromis soient trouvés. Pour la partie Pdci, la question de l’alternance en 2020 devait être définitivement tranchée ; et pour le Rdr, il s’agissait de faire un sort à la question du parti unifié qui, pour lui est le sujet essentiel. Au final, on peut dire que si le Rdr peut se frotter les mains, peu ou prou, en revanche, le Pdci a été ‘’floué’’, et plutôt dans les grandes largeurs. Puisque, le communiqué qui a sanctionné le ‘’conclave’’ a fait l’impasse sur l’alternance en 2020 alors qu’il énonce que les ‘’deux personnalités ont admis le principe du parti unifié’’. Et toc !
Les caciques du vieux parti qui avaient subordonné la création du parti unifié à l’effectivité de l’alternance en 2020 au bénéfice du Pdci apprécieront. Plus exactement, les ministres Maurice Kacou Guikahué et Jean Louis Billon qui, comme dans un pas de deux, déclaraient, en chœur et à l’unisson, le samedi 10 mars 2018, à Yamoussoukro, que ‘’le temps des sacrifices était terminé et que le Pdci entendait que le Rdr lui retourne l’ascenseur en 2020’’, doivent être ‘’tout petits’’ dans leurs ‘’godasses’’. A l’évidence, ils ont dansé plus vite que la musique.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que leur ‘’boss’’ Bédos a ‘’versé’’ leur figure par terre. C’est ce qui s’appelle ‘’se foudre des gens’’. Et pourtant, l’on attendait du doyen du Rhdp, auteur de l’Appel de Daoukro qui contenait en creux le projet de l’alternance en 2020 au profit d’un militant actif du Pdci, qu’il rappelât à son cadet ce qu’ils s’étaient dit dans le bois sacré. Las ! Au lieu de quoi, ladite promesse semble être passée à la ‘’trappe’’. Et dire que les deux invitent les militants et responsables du Pdci, parce que, en réalité, c’est d’eux qu’il s’agit, ‘’à faire preuve de retenue dans leurs propos et leurs actes, en vue de consolider la cohésion nationale et la paix’’. Dont acte.

René Ambroise Tiétié

Articles connexes

Leave a comment