Dégradation du siège du délégué consulaire de Gagnoa : Le tribunal militaire...

Dégradation du siège du délégué consulaire de Gagnoa : Le tribunal militaire aux trousses de 2 policiers

53
0
PARTAGER
Siège du délégué consulaire suspendu

Sur une plainte de l’Association burkinabè Les Sans Voix, deux policiers du 2ème arrondissement de Gagnoa vont devoir s’expliquer devant la justice. Ils sont poursuivis par le Tribunal Militaire pour des faits de dégradation de matériels et de violation de consigne. La décision de justice a été prise, le 03 juillet 2017, et l’enquête ouverte le jeudi 03 août dernier à Gagnoa. De quoi s’agit –il exactement ?

Le 13 juin 2017, soit quelques jours après une conférence de presse conjointement animée à Gagnoa par  Les Sans Voix et M. Michel Tiendrebeogo, délégué consulaire suspendu de ses fonctions par le Consul honoraire de Soubré, Zoundi Jean De Dieu, deux policiers s’étaient rendus dans les locaux du bureau du délégué en question. Ces derniers, sans mandat, avaient procédé à une perquisition dudit bureau et comme cerise sur le gâteau s’étaient permis d’enlever l’enseigne du délégué devant le bureau. Cet acte commis en plein mois de ramadan n’a pas été du goût de l’Association Les Sans Voix, résolument engagée dans la défense des intérêts de la communauté burkinabè. Son président Daouda Kaboré saisit alors le tribunal militaire qui a jugé recevable sa plainte.

L'enseigne arrachée par les policiers le 13 juin dernier
L’enseigne arrachée par les policiers le 13 juin dernier

Le jeudi 03 août dernier, s’est déroulée à Gagnoa la première confrontation marquant le début de l’instruction. Il ressort de l’enquête préliminaire que les deux agents de police ont soutenu avoir obéi à un ordre qui leur a été donné par le procureur de Gagnoa. Lequel procureur indique, à son tour pour sa défense, que c’est l’ambassadeur du Burkina Faso en Côte d’Ivoire, Mahamadi Zongo qui lui aurait joint au téléphone pour lui demander la fermeture du bureau du délégué consulaire.

Lire aussi/ Affaire délégué consulaire de Gagnoa: Le premier faux pas de l’Ambassadeur Zongo

Il est acquis, à ce stade des choses, que ni les policiers qui ont violé le site du délégué consulaire, ni ceux qui les y ont envoyé n’avait le moindre document les y autorisant. Il y a donc eu manifestement infraction. Toute chose que le Tribunal militaire connu pour sa rigueur du droit entend sanctionner afin que cela serve d’exemple.

Faut-il le rappeler, la suspension du délégué consulaire de Gagnoa par le Consul honoraire de Soubré, avec l’implication «maladroite» de l’Ambassadeur du Burkina Faso en Côte d’Ivoire a crée de vives tensions dans la localité. Les partisans du délégué suspendu ont dû manifester contre cette décision qu’ils jugent injuste. Un dossier qui reste pendant en ce sens que les autorités diplomatiques n’entendent pas revenir sur leurs décisions. Quitte à entretenir la division au sein de leur communauté.

Jean François Fall

SANS COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE