@Informateur.info- Le 5 mars dernier, les discussions relatives à la grève des enseignants avaient repris au ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, comme instruit par le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, afin de trouver une solution définitive aux grèves intempestives dans le secteur éducation.
Après deux semaines de rencontres avec les syndicats d’enseignants, le moins que l’on puisse dire, c’est que la ministre Kandia Camara et son cabinet n’ont pas pu s’accorder avec les enseignants grévistes. Et la situation de l’école ivoirienne va crescendo. Kandia Camara a simplement échoué. Conséquence, elle a été dessaisie du dossier par le Premier ministre Amadou Gon, qui a préféré le confier à Dr. Abdallah Toikeusse Mabri, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.
Aussitôt délégué par le chef du gouvernement, Mabri Toikeusse , a présidé hier mardi, une rencontre interministérielle sur la situation de grève qui prévaut dans l’enseignement primaire, secondaire et supérieur de la Côte d’Ivoire. Ont pris part à cette rencontre, Kandia Camara, ministre de l’éducation nationale de l’enseignement technique et de la formation professionnelle , Adama Koné, ministre de l’économie et des finances, Toure Mamadou, ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, Issa Coulibaly, ministre de la fonction publique, Moussa Sanogo, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé du budget et du portefeuille de l’Etat et l’ensemble les syndicats que compose le système éducatif ivoirien.

Le collège ministériel conduit par le ministre Mabri Toikeusse a plaidé pour la levée des mots d’ordre de grève et promis un cadre d’échange qui sera mis en place par le Premier ministre, afin de discuter et trouver les solutions durables à tous les problèmes qui minent le système éducatif ivoirien. Les syndicats ont donné leur accord de principe, en attendant de rendre compte à leurs camarades au cours d’assemblées générales extraordinaires, qu’ils tiendront incessamment.

Yannick KOBO

Articles connexes

Leave a comment