Le Bureau politique (BP) du  Rassemblement des Républicains (RDR) s’est réuni le mardi 04 juillet dernier au siège du parti sis à la Rue Lepic, à Cocody-Lycée Technique.  A ce ‘’conclave’’,  la question de l’alternance a été bottée en touche. De quoi susciter l’ire de l’allié PDCI qui attendait que le parti présidentiel clarifiât  le débat y relatif.

Une pirouette. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le RDR fait son intéressant sur la question de l’alternance en 2020 qui fait débat actuellement et pourrait complexifier les relations avec l’allié PDCI. Alors que celui-ci attendait du BP du parti des Républicains qui s’est réuni le mardi 04 juillet dernier qu’il  fît un sort à ladite question,  c’est plutôt à une pirouette voire une réponse de Normand qu’a eu droit l’ancien parti unique. ‘’Le Bureau politique appelle à la création, dans les meilleurs délais, du Parti Unifié autour des idéaux de l’houphouëtisme tels que consacrés dans l’article 5 du statut du Groupement politique RHDP ‘’, peut-on lire dans le communiqué qui a sanctionné cette rencontre. Mais encore…  Pour le coup, on peut s’interroger. Que veut le RDR  ? Il est vrai que l’alternance en 2020 qui était censée se faire au profit du PDCI n’a pas fait l’objet d’un ‘’pacte’’ formellement scellé entre le RDR et le vieux parti, mais ne dit-on pas que le contrat oral a autant de valeur que le contrat écrit? Or, il est constant, depuis l’Appel de Daoukro lancé,   le 17 septembre 2014, dans la ville éponyme, qu’en 2020, l’alternance se ferait au bénéfice du PDCI dont le candidat serait celui de la coalition au pouvoir. En ce temps-là, le RDR n’avait pas objecté. Aujourd’hui, l’on comprend pourquoi. Il s’agissait de faire réélire le président Alassane Ouattara en 2015.

–         Le contrat oral n’a-t-il pas autant de valeur que le contrat écrit?

Toute voix discordante du côté de la Rue Lepic  aurait rendu  cette réélection difficile pour ne pas dire plus. Le manque d’enjeu fait désormais le jeu du RDR qui n’éprouve aucun scrupule à déchirer l’appel de Daoukro et à snober l’alternance en 2020 qui était censée mettre le PDCI sur orbite pour la conquête du Graal. C’est du plus mauvais effet.

A l’évidence, les jeux sont faits pour la prochaine présidentielle à laquelle les deux alliés se présenteront. Advienne que pourra ! On verra alors qui est qui et qui vaut quoi. On peut toutefois craindre que le RDR ne se soit tiré une balle dans le pied. D’autant que depuis 2010, ce parti a ‘’surfé’’ sur le soutien de son allié qui lui a permis de rafler successivement la mise cette année-là et en 2015.

En tout état de cause, en décidant de se passer du soutien du PDCI, le RDR se met dans une situation délicate. Car, rien ne s’oppose désormais à une alliance entre le parti doyen  et le FPI. Or, le paysage politique ivoirien est dominé par les trois formations que sont le PDCI, le FPI et le RDR. Dès lors, si deux partis décident de s’allier, le troisième a peu de chance de l’emporter. C’est ce cas de figure qui a valu au RDR de remporter la présidentielle en 2010 et en 2015. En conséquence, le ‘’désapparentement’’ de ce parti avec son allié du PDCI pourrait lui coûter cher. Puisque cela ‘’jetterait’’ le vieux parti dans les bras du FPI . Une occurrence qui sonnerait l’isolement puis la défaite des Républicains qui se seront crus trop tôt arrivés. Bernique !

Tassigny Auriol

Articles connexes

Leave a comment