Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) allié au Rassemblement des Républicains (RDR) dans le cadre de l’alliance des Houphouëtistes n’est pas content. Et le vieux parti n’a pas attendu longtemps pour le faire savoir aux intéressés par le biais de ses cadres qui n’ont pris de gants pour dire leur fait à leur direction.

« Un pouvoir ne se donne pas, il se conquiert », ont assené des cadres  PDCI à l’endroit de la direction de leur parti. Et ils n’ont pas tort. Puisque le PDCI semble compter sur le RDR pour reconquérir le pouvoir d’Etat perdu en 1999, suite au pronunciamiento du 24 décembre de la même année. C’était la motivation cachée sous l’Appel de Daoukro  lancé  le 17 septembre 2014, sur ses terres, dans la région de l’Iffou, par le président Henri Konan Bédié, premier responsable du parti septuagénaire.  D’où  l’idée de l’alternance en 2020 qui porterait le PDCI au pouvoir après le second mandat du président Alassane Ouattara. Tout semblait plié. Mais, c’était compter sans la ‘’boulimie’’ du pouvoir du Rassemblement des Républicains qui, par la voix de ses cadres et responsables,  n’a éprouvé aucun scrupule pour remettre en cause cet accord tacite entre les présidents Bédié et Ouattara. « Je ne me suis pas battu pendant de longues années pour faire deux mandats », a déclaré le ministre Cissé Bacongo, un cacique du parti au pouvoir, imité par d’autres, dans la même veine. Ce à quoi ont répondu et les journaux du PDCI et des cadres du vieux parti qui apprécient modérément la liberté de ton des Républicains. Et depuis, il y a comme de l’eau dans le gaz entre les deux alliés. Au point où certains craignent pour le devenir et l’avenir du RHDP.

  • Il y a comme de l’eau dans le gaz…

Cependant, qu’il soit permis de déplorer la naïveté du PDCI qui a pensé que le RDR lui ferait facilement la passe, après qu’il l’ait soutenu et appuyé dans la conquête et la conservation du pouvoir. ‘’Bêlêlou!’’ auraient lancé des  gosses à d’autres enfants qui se seraient fait gruger ou ‘’pigeonner’’. Le PDCI se trouve exactement dans la même position. L’alternance en 2020 qui avait justifié que ce parti ne présentât pas de candidat à la présidentielle 2015, est en passe de devenir un ‘’attrape-nigaud’’. Puisque, on l’a dit, le RDR n’est pas prêt à passer le témoin !

Pour sûr, le PDCI est à l’épreuve de l’alliance des Houphouëtistes qui pourrait s’être faite sur son dos et à ses dépens. De quoi donner raison aux ‘’frondeurs’’ du parti qui, dénonçant ce qu’ils appelaient le ‘’bradage’’ du PDCI au RDR, avaient bravé l’Appel de Daoukro en se présentant en indépendants à la présidentielle 2015. Le Premier ministre Charles Konan Banny, l’ex-député Kouadio Konan Bertin dit KKB, pour ne citer que les plus célèbres, doivent en train de boire du petit lait : ils ont eu raison. Leur tort ayant été d’avoir eu raison trop tôt. Ils sont d’ailleurs revenus au bercail. Certainement pour croiser le fer avec le … RDR en 2020. Une sorte de 2ème mi-temps qu’ils auront à cœur de  remporter, pour redorer le blason du PDCI. Dès lors, on peut se risquer à dire que le torchon brûle entre les deux alliés, poids lourds du RHDP. Si n’est pas encore la guerre, en tout cas, ce n’est plus l’accord parfait. Et c’est peu de le dire !

Tassigny Auriol

Articles connexes

Leave a comment