@Informateur.info- Les forces de défense et de sécurité burkinabè ont entamé le weekend dernier, une vaste opération de nettoyage des forêts situées dans la région Est où les présumés terroristes, auraient décidé d’installer leur quartier général (QG). En effet, entre août et septembre, plusieurs soldats burkinabè ont été tués dans des attaques à la mine de leurs véhicules dans l’est du Burkina Faso. Une zone en proie à l’insécurité ces derniers mois.

Pour ce faire, les forces armées burkinabè bénéficient d’un appui des forces françaises. Pendant que les hélicoptères et les avions pilonnent la forêt, les troupes au sol font le ratissage. C’est au cours de cette opération qu’un officier burkinabè a trouvé la mort samedi soir dans l’explosion de son véhicule. Mais selon plusieurs sources, c’est un véhicule de la mission conjointe qui a sauté sur une mine, évoquant en plus de la mort du soldat burkinabè, celle d’un soldat français.

Information immédiatement démentie par l’Etat-major français, qui affirme qu’aucun soldat français n’a été tué ou blessé au cours de cette opération et qu’aucun de leurs véhicules n’a sauté sur un engin explosif improvisé.

 

Yannick Kobo

Articles connexes

Leave a comment