Le président batwanais, Ian Khama s’apprête à rendre les clés du pays, dix-huit mois avant les élections, c’est-à-dire avant la fin de son mandat, pour respecter la Constitution.
Au pouvoir depuis 2008, Ian Khama rend officiellement le pouvoir ce samedi 31 mars 2018, dix-huit mois avant la fin de son mandat et les élections générales, pour respecter à la lettre la Constitution qui limite à dix ans (deux mandats de 5 ans) le règne du chef de l’Etat.
Agé de 65 ans, cet ancien pilote de l’armée de l’air a démarré le mardi 27 mars dernier, sa tournée d’adieux dans la totalité des 57 circonscriptions du pays. L’actuel vice-président, Mokgweetsi Masisi, qui a pris la tête du Parti démocratique du Botswana, formation politique au pouvoir depuis l’indépendance, sera investi dimanche, et tiendra les rênes du pays jusqu’aux élections générales de 2019.
Une transition exemplaire dans cette ancienne colonie britannique. Un pays souvent présenté comme « l’exception du continent ».

Yannick Kobo

 

Articles connexes

Leave a comment