@Informateur.info- Né au Burkina Faso en 1984, dans la province du Sanguié, à Réo, Bationo Baléma Dénis est arrivé en Côte d’Ivoire en 2011. Il était venu faire la promotion de sa première œuvre musicale en tant qu’artiste-chanteur de reggae. Mais, il sera vite désillusionné lui qui croyait trouver des producteurs et des promoteurs en Côte d’Ivoire. Aucun mécène ne lui ouvrira sa porte.

Ancien élève du Lycée provincial de Rion, il a ‘’fait les bancs’’ jusqu’à la classe de seconde avant de s’orienter dans la vie active en faisant de petits boulots dans les chantiers. C’est ainsi qu’il apprend sur le tas le métier de maçon. Arrivé en ‘’basse côte’’,  il va surtout s’adonner à la pratique du 7ème Art qu’il semble avoir dans la peau. Devenu cinéaste par la force des choses, il participe au tournage de plusieurs films, notamment, Reine, Mamidjo et bien d’autres. Dans la foulée, il crée son petit groupe pour aider les autres à s’initier à la profession.

Bationo Baléma a déjà réalisé 2 films avec la structure BZ. Mais ces films n’ont jamais été exploités faute de moyens. Qu’à cela ne tienne, il vient d’en réaliser un 3ème, son dernier bébé, Vivre ou Mourir, auquel il tient comme à la prunelle de ses yeux. Il l’a fait sur fonds propres. Il prépare activement  sa sortie programmée le 17 avril 2019 à l’Institut français. C’est le projet de sa vie et il s’y consacre totalement afin de faire de l’évènement une réussite.

Parallèlement, notre cinéaste dispense des cours à Abidjan et à Bouaké  avec la structure Lumbia. Il a lancé un festival dont la 1ère édition a fait le tour de 12 villes de la Cote d’Ivoire. Il l’a appelé la Caravane de Binon, la danse des Gourounsi, qui parle de réconciliation et de paix. Elle a réuni des artistes de Côte d’Ivoire et du Burkina Faso sur un même plateau.

Le cinéaste Bationo Baléma est célibataire sans enfant. Un cœur à prendre qui a mis au cœur de son existence le cinéma dont il a fait une passion dévorante.

Dalima Dahoué

Articles connexes

Leave a comment