Le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, fervent défenseur du parti unifié et inusable ‘’bretteur’’ , s’est mis en tête de ‘’casser’’ du Guikahué, au motif que celui-ci serait opposé à la formation du parti unifié. Il ne rate donc aucune occasion pour lui voler dans les plumes ou lui adresser quelques piques bien senties. Ce fut encore le cas récemment lorsqu’il a traité le Secrétaire Exécutif en chef du PDCI de ‘’plus grand diviseur commun’’ (sic).

‘’Entre Maurice Kacou Guikahué et Kouassi Adjoumani qui a la préséance dans l’organigramme du PDCI ?’’, telle est la question que se posent certains Ivoiriens agacés par les outrances du second cité qui traite le premier comme du ‘’menu fretin’’. En effet, depuis le ridicule épisode du ‘’micro et du haut parleur’’ dont la presse nationale a fait ses choux gras, il n’y a guère longtemps, Guikahué et Adjoumani semblent être devenus comme ‘’chien et chat’’, tout étant prétexte à ‘’palabres’’, comme on dit. Les deux hommes ne pouvant plus se sacquer. Ce n’est rien de le dire. Il y a peu , le porte-parole du président Bédié traitait son Secrétaire Exécutif en chef de ‘’plus grand diviseur commun’’ du PDCI. Avant d’appeler celui-ci à ‘’démissionner’’. Rien que ça ! Mais ce n’est pas tout, puisque dans la même publication, il dénonçait le supposé ‘’double jeu’’ de l’ancien ministre de la santé qui aurait ‘’ un agenda caché qui n’a rien à voir avec l’agenda du président Henri Konan Bédié’’. Au surplus, selon Adjoumani, celui qu’on peut désormais appeler son ‘’ennemi intime’’ ne défendrait ‘’ni les intérêts du PDCI, ni les intérêts du président Bédié, encore moins ceux du RHDP’’. N’en jetez plus !
Le moins que l’on puisse dire, c’est que le ministre des Ressources animales est dans une logique d’insubordination caractérisée. Puisque celui qu’il attaque sans discontinuer est son ‘’supérieur hiérarchique’’ au PDCI. De quel droit peut-il alors s’autoriser à l’invectiver et à le reprendre publiquement sans égard pour les fonctions qu’il occupe au sein du Vieux parti ? D’ailleurs, pourquoi choisit-il toujours la voie de la presse pour vilipender Guikahué ? Le PDCI n’a-t-il pas d’espace interne pour régler ce genre de problèmes ? N’y a-t-il pas une instance dédiée à l’arbitrage au PDCI pour connaitre de ce qui oppose les deux hommes ? A la vérité, les récurrentes attaques du ministre Adjoumani visant à discréditer son Secrétaire Exécutif insupportent et gênent. Il est vrai que leur querelle illustre les divergences qui traversent le PDCI où pro-parti unifié et pro-alternance s’opposent dans une sorte de bataille à fleurets mouchetés, via la presse ; mais cela ne devrait pas déboucher sur cette ‘’vendetta’’ contre Guikahué dont Adjoumani est la figure de proue ou le bras séculier. Cela prend une tonalité particulière quand on réalise que, finalement, Adjoumani défend moins les thèses du PDCI, son propre parti que celles de l’allié RDR. Notamment, sur la question de l’alternance dans laquelle il est totalement opposé à la position de son parti qui pose comme condition à la création du fameux parti unifié l’implémentation de l’alternance en 2020 au profit du PDCI qui estime, à raison, faut-il le souligner, que c’est son tour d’être sur la photo après avoir soutenu le RDR en 2010 et en 2015. Un argumentaire qui laisse Adjoumani de marbre. Au grand désappointement de Kacou Guikahué et Jean Louis Billon, les deux défenseurs de l’alternance. De la part de Kouassi Adjoumani, on peut parler d’un insupportable zèle. Comme s’il voulait ‘’laver plus blanc que blanc’’ afin de bien se faire voir du RDR dont il semble dorénavant avoir épousé la cause. A l’évidence, la politique du ‘’tube digestif’’ a de beaux jours devant elle.

René Ambroise Tiétié

Articles connexes

Leave a comment