En Côte d’Ivoire, le constat est que les 72 heures de deuil national décrété par le président burkinabè, Roch Marc Christian  Kaboré, n’ont pas été suivies à la lettre.

En effet, les lundi 14 et mardi 15 août 2017, le drapeau du Consulat Général du Burkina à Abidjan n’a pas bougé, pour ne pas  dire qu’il n’a pas été mis en berne. Ce n’est que, ce mercredi 16 août 2017, dernier jour du deuil national, que le drapeau a été mis en berne autour de 11 heures. Ce qui veut dire que le deuil national  n’aura été respecté qu’une demi-journée.Une situation  qui viole la décision présidentielle sensée être appliquée à la fois sur l’ensemble du territoire national Burkinabè et les représentations du Burkina Faso à l’étranger.

A (re) lire/Attentat de Ouagadougou: Compassion, Solidarité et interrogations des leaders de la diaspora

Il faut rappeler que l’attentat du café Aziz Istambul de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, a fait officiellement18 morts et 22 blessés.

Yannick Kobo

Informateurinfo@yahoo.fr

Articles connexes

Leave a comment