@Informateur.info- Au moins une cinquantaine de prisonniers présumés terroristes, ont été libérés lors de l’attaque de la gendarmerie de Djibo, chef lieu de la province du Soum, dans le nord du Burkina Faso.

L’attaque a eu lieu jeudi soir. Selon une source sécuritaire, l’attaque a duré près de 3 heures et a fait d’importants dégâts matériels, dont plusieurs véhicules incendiés. Le bilan qui reste provisoire, ne fait cas d’aucune  perte en vie humaine.

De fait, la gendarmerie de Djibo a été attaquée par des dizaines d’assaillants lourdement armés, non encore identifiés.

Mercredi dernier, un gendarme a été tué et trois autres ont été blessés au cours de l’attaque de la brigade territoriale de Barani, dans l’ouest du Burkina. Dans la même nuit, un conseiller municipal de Sonan, localité proche de Djibo, a été abattu par des individus circulant à moto qui ont pris la fuite en direction de la frontière malienne.

Il faut rappeler que le Burkina Faso est confronté depuis mars 2015, à des attaques jihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières.

Yannick Kobo

 

 

Articles connexes

Leave a comment