Il y a près d’un mois, circulait, sur le net, une vidéo surréaliste qui montrait le ministre burkinabè de l’Intérieur, Monsieur Simon Compaoré himself, jouant les ‘’pistoleros’’ : vêtu d’un gilet par-balles, kalach au poing, il s’était pointé au domicile d’un député de l’opposition pour l’assurer du soutien du pouvoir et le rassurer. Puisque ce dernier, membre de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), se disait menacé par les militants de ce parti après avoir, avec 12 autres députés, créé un groupe parlementaire au sein du groupe parlementaire de leur parti. Outrés par cette attitude qu’ils ont assimilée à une trahison, les partisans de Zéphirin Diabré avaient, en effet, décidé de visiter les domiciles des dissidents. Informé, celui qu’on appelle désormais ‘’tranquilos’’ après le visionnage de la vidéo incriminée, n’a fait ni une, ni deux, il a couru au secours du député dans les circonstances susmentionnées. Une occurrence qui avait fait le buzz et suscité l’ire du président Roch Marc Christian Kaboré qui a modérément apprécié les ‘’excentricités’’ de son zélé collaborateur. D’ailleurs, selon nos sources, il aurait remonté les bretelles à celui-ci menaçant de le ‘’sacquer’’ à la prochaine incartade. Message reçu, visiblement, 5/5, puisque le 1er flic burkinabè, si turbulent à l’ordinaire, semble être rentré dans les rangs. Résultat, on ne l’entend plus, lui si volubile et si enclin à faire son intéressant. Il attend sans doute que passe l’orage déclenché par son dérapage. Surtout que de nombreuses voix s’étaient élevées pour demander voire exiger sa démission. En tout cas, l’ancien bourgmestre de Ouaga aura senti le boulet passer. Il se fait dorénavant ‘’tout petit’’. La fameuse vidéo aura, au moins, servi à ça !

Jean François Fall

Articles connexes

Leave a comment