@Informateur.info- La commémoration du 4è anniversaire de l’insurrection populaire au Burkina Faso, qui a chassé  Blaise Compaoré du pouvoir, célébrée ce mercredi 31 octobre, s’est déroulée dans la division de la classe politique.

D’un coté,  une série de manifestations organisées par le gouvernement et  l’alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP), en partenariat avec certaines organisations de la société civile (OSC), ponctuées  de marches-meeting, un dépôt de gerbes de fleur et une minute de silence en hommage aux martyrs de l’insurrection populaire. Le  clou de ces manifestations fut le retentissement d’une sirène, aux environs de 10 heures.

L’opposition  ne s’est pas sentie concernée par cette commémoration, appelant plutôt le pouvoir de Rock Kaboré à résoudre les difficultés des Burkinabé. Au cours d’un point de presse, elle a expliqué sont attitude par son désir de voir le parti au pouvoir consentir un effort substantiel pour solutionner les problèmes pour lesquels la population avait pris d’assaut les artères de la ville de Ouagadougou, les 30 et 31 octobre 2014. Pour le CFOP-BF : «Il n’y a pas de nécessité de commémorer un anniversaire à travers des marches-meetings ou toute autre forme de jubilation en dehors de la réflexion». Quatre ans après ce soulèvement populaire, le chef de fil de l’opposition burkinabè, trouve qu’il serait nécessaire de porter un regard attentionné sur la gestion des blessés, des familles des victimes et sur la gouvernance. « Le CFOP-BF ne s’associera donc pas à la commémoration, tant que les questions ayant conduit les Burkinabè dans les rues, ne sont pas réglées», a fait savoir cette plateforme de l’opposition burkinabè.

Quant au haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN), il soutient que cette  commémoration de l’anniversaire de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, est «un symbole fort de cohésion nationale» pour la Réconciliation et l’unité nationale, et invite tout le monde à travailler pour la paix dans le pays, qui a traversé plusieurs troubles sociopolitiques.

 

Yannick Kobo

 

Articles connexes

Leave a comment