Samedi 20 janvier dernier, l’ONG La Vie dirigée par Simon Soro, frère cadet de Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale, a été empêchée de voler au secours de 350 patients atteints de hernie dans le département d’Adzopé. Une décision de la ‘’hiérarchie’’, selon M. Moussa Cissé, Directeur du CHR d’Adzopé. Et pourtant, c’est à la demande de la chefferie traditionnelle d’Adzopé que l’ONG La Vie s’est déplacée pour opérer gracieusement ces malades. Faut-il rappeler que depuis au moins 5ans,  cette ong s’investit et investit dans le soutien des paysans atteints par cette pathologie invalidante et honteuse qui atteint de plus en plus de personnes dans les campagnes ? De nombreuses campagnes ont déjà été menées et plus de 2000 malades opérés à travers le quadrilatère éburnéen sans bourse délier. C’est pourquoi, ce qui s’est passé samedi dernier à Adzopé est grave et interpelle le pouvoir. Quelle est cette ‘’hiérarchie’’ ( le ministère de la Santé ou la direction régionale de la santé d’Adzopé)   qui s’oppose aux soins que devaient recevoir 350 villageois atteints de hernie ? Dans quel pays sommes-nous ? Que se passe-t-il ? Pour le coup, ceux qui ont bloqué cette opération doivent répondre de leur décision. Le gouvernement ne peut rester insensible à cette situation, sous peine d’être accusé de ‘’complicité’’. Et ce serait gravissime ! Comment ne pas voir dans tout ça une opération de ‘’sabotage’’ des activités de cette ong qui commence à gagner en popularité et en crédibilité à travers le pays profond où elle fait beaucoup d’heureux. Or, cette structure est liée à Guillaume Soro, via son cadet Simon. La relation est vite faite : les problèmes qu’a rencontrés l’ONG La Vie à Adzopé ne sont pas ‘’fortuits’’, ni ‘’innocents’’. Ils prennent leurs racines dans l’aversion que nourrissent certains, du côté du pouvoir, à l’égard du président de l’Assemblée nationale perçu par ces derniers comme ‘’l’homme à abattre’’. Les pauvres paysans privés de cure herniaire à Adzopé le samedi 20 janvier dernier  sont donc des victimes  collatérales de cette occurrence regrettable. On en arrive donc à cette situation aussi incongrue que surréaliste : la ‘’hiérarchie’’, justement chargée de prodiguer des soins aux populations s’oppose à une cure herniaire censée soulager plus de 300 malades nécessiteux ! C’est une dérive ! Pour sûr, ladite ‘’hiérarchie’’ a ‘’merdé’’.

Tassigny Auriol

Articles connexes

Leave a comment