La FIF, combien de divisions ? Cette question que posa jadis le général de Gaulle à propos des divisions de l’Eglise catholique (‘’Le Pape, combien de divisions ?’’) pourrait bien s’appliquer  à la Fédération ivoirienne de football (FIF)  engluée dans des querelles byzantines dont la profondeur n’a d’égale que l’ineptie. L’élimination de l’équipe nationale de football aux phases finales de la Coupe du monde Russie 2020 aura sans doute été l’élément déclencheur de cette crise qui couvait sous les cendres depuis ‘’l’élection-désignation’’ de Sidy Diallo à la tête de l’organe fédéral du sport-roi ivoirien. De fait, il n’est un secret pour personne, en tout cas, pour ceux qui s’intéressent à cette discipline, que l’élection de Sidy Diallo en 2011 en remplacement de Jacques Anouma fut une ‘’couleuvre’’ difficilement avalée par de nombreux présidents de clubs qui se reconnaissaient en l’ancien président de la faîtière. Et même si Sidy  a remporté quelques lauriers qui ont pu faire illusion et faire accroire que ‘’tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes’’ à la Maison de Verre de Treichville, il n’empêche, il y avait comme un malaise à la FIF où l’ombre de l’Ambassadeur Jacques Anouma a toujours plané. Pour preuve, la majorité de ceux qui réclament aujourd’hui la tête de l’enfant de Djékanou se recrute au sein des ‘’Anomistes’’.Une manière   de prendre leur revanche sur celui qui a ‘’écourté’’ les mandats de leur ‘’champion’’. On peut donc dire qu’à la FIF, il y a deux camps, les partisans de l’actuel patron et les ‘’ouailles’’ de l’ancien. Le G42 qui demande la mise en retrait de Sidy étant l’expression ultime de cette opposition. S’il est vrai que ce groupe est prêt à aller au bout de sa logique, il n’est pas moins vrai que Sidy Diallo entend aussi rendre coup pour coup. On assiste donc à un duel à mort dont pourraient sortir perdants le foot local et les Eléphants.  Convoqués à Zurich, en Suisse, par la FIFA qui veut jouer les ‘’Kofi Anan’’, les deux camps fourbissent leurs ‘’armes pour cette confrontation de laquelle ne pourra sortir ‘’vivant’’ qu’un seul groupe. Avec le risque de voir la crise jouer les prolongations sur les bords de la lagune Ebrié. Triste perspective, s’il en est ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que la FIF est prise en ‘’sandwich’’ entre les duellistes. Dommage !

Tassigny Auriol

 

Articles connexes

Leave a comment