La 19ème ICASA s’est ouverte, ce lundi 04 décembre 2017 à Abidjan. Marraine de cette rencontre internationale, la Première Dame de Côte d’Ivoire a livré un discours dans lequel elle a expliqué, entre autres, le sens de son engagement pour la lutte contre le Sida. Ci-dessous le discours intégral.

Je suis très heureuse de m’adresser à vous, à l’occasion de cette 19ème Conférence Internationale sur le SIDA et les Infections Sexuellement Transmissibles en Afrique (ICASA), qui se tient pour la seconde fois en Côte d’Ivoire.

Je voudrais tout d’abord, adresser mes chaleureuses salutations à chacune de mes sœurs Premières Dames, qui ont effectué le déplacement, afin de participer à cet évènement de haut niveau. Il s’agit de :

–          Madame Antoinette SASSOU N’GUESSO, Première Dame de la République du Congo,

–          Madame Aïssata Issoufou MAHAMADOU, Première Dame de la République du Niger,

–          Et Madame Claudine TALON, Première Dame de la République du Bénin,

Je salue également chaleureusement :

–          Madame Sandra Marie GRANGER, Première Dame de la République coopérative du Guyana,

–          et Madame Kim Simplis BARROW, Première Dame du Belize qui sont venues de loin pour participer à notre conférence.

Je vous demande de les applaudir toutes bien fort.

Je souhaiterais ensuite, saluer Monsieur le Vice-Président Daniel KABLAN DUNCAN, Monsieur le Premier Ministre Amadou Gon COULIBALY, ainsi que Madame Henriette KONAN BEDIE, Présidente de la Fondation Servir, qui nous honorent de leur distinguée présence à cette cérémonie.

Je remercie aussi Madame Cecilia DAPAAH, Ministre de l’Aviation Civile de la République du Ghana qui représente Monsieur le Président de la République du Ghana, Son Excellence Monsieur AKUFO ADDO à cette cérémonie.

Je salue également Monsieur Michel SIDIBE, Directeur Exécutif de l’ONUSIDA.

Cher Michel, tu l’as dit tout à l’heure, la mobilisation d’aujourd’hui est exceptionnelle, mais je tiens à dire que c’est grâce à toi et à ton dynamisme que nous sommes tous ici. Tu nous donnes l’envie de nous battre pour cette cause noble que tu défends si bien.

Je voudrais saluer aussi, le Docteur Ihab  AHMED, Président de la Société Africaine Anti-Sida, que je remercie d’avoir choisi la Côte d’ivoire pour cette grande rencontre internationale.

Je voudrais également saluer et remercier Madame Raymonde Goudou COFFIE, Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique de Côte d’Ivoire, qui s’est beaucoup investie afin que cette conférence ait lieu dans les meilleures conditions. Je vous demande de l’applaudir bien fort.

Mes salutations vont aussi à l’ensemble des membres du Gouvernement de Côte d’Ivoire et des pays frères, ainsi qu’aux membres corps diplomatique, qui sont à nos côtés pour l’occasion.

A ces salutations, j’associe le Docteur Mashidiso MOETI, Directrice Régionale  de l’OMS pour l’Afrique ; Madame Marie-Pierre POIRIER, Directeur Afrique de l’Ouest et du Centre de l’UNICEF ; ainsi que Monsieur Mabingue NGOM, Directeur Régional Afrique de l’Ouest et Afrique Centrale de l’UNFPA. Je les remercie pour leur engagement à nos côtés dans la lutte contre le VIH-Sida.

Je souhaiterais également, saluer les éminentes personnalités, la communauté scientifique, ainsi que l’ensemble des délégués qui ont effectué le déplacement depuis de nombreux pays, afin de contribuer à mettre fin à l’épidémie du Sida sur notre continent.

Je vous souhaite à toutes et à tous, le traditionnel Akwaba en terre ivoirienne.

Merci enfin, à nos chefs traditionnels et religieux, qui nous entourent de leurs bénédictions et à nos amis de la Presse nationale et internationale. Avant tout propos, je voudrais exprimer toute ma joie pour le choix porté sur la Côte d’ivoire, en vue d’accueillir cette 19èmeconférence ICASA.

Je tiens également à  féliciter le comité d’organisation, pour la remarquable mobilisation que connaît l’évènement, à la fois par la qualité de ses intervenants, mais aussi par le nombre de participants enregistrés.

Le thème de la conférence qui nous rassemble aujourd’hui, à savoir : «L’Afrique, une approche différente vers la fin du Sida», donne le ton de la mobilisation et du renforcement de la recherche scientifique, en vue de trouver des réponses adéquates face à la pandémie. Et pour qu’elle aboutisse à des résultats satisfaisants, cette démarche nécessite une solidarité mondiale, des partenariats forts et durables et une responsabilité partagée de tous les acteurs.

Mesdames et Messieurs,

Le choix porté sur la Côte d’Ivoire pour être l’hôte de cette 19ème ICASA montre bien que notre pays est devenu une plateforme de partages et d’échanges sur les questions liées au VIH. Les résultats qu’a présentés Madame la Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique sont suffisamment évocateurs pour situer notre niveau d’engagement dans ce combat. Comme vous le savez, j’ai toujours attaché une grande importance à la dimension humaine, dans les initiatives prises pour le bien-être des populations. Le Sida malheureusement, a pour principal méfait de dénaturer le tissu social de nos communautés, en augmentant les dépenses des ménages et en réduisant les capacités d’autonomisation des femmes. Plusieurs foyers ont payé le prix de cette pandémie,et plus particulièrement les personnes les plus démunies parmi lesquelles se trouvent les femmes et les enfants.

Dans ce contexte, j’ai décidé depuis longtemps de m’engager résolument dans ce noble combat contre la maladie, et plus précisément, le Sida qui affecte la mère et l’enfant. C’est la raison pour laquelle, je n’ai pas hésité à accepter d’être la marraine d’ICASA 2017, lorsque Monsieur IhabAHMED, Président de la Président de la Société Africaine Anti-Sida, en a émis le souhait le 28 Mars 2017.

J’ai accepté avec plaisir, d’autant plus que ma position d’Ambassadeur Spécial de l’ONUSIDA, m’oblige à veiller à une meilleure prise en charge du traitement et à la disponibilité des médicaments pédiatriques. A ce propos, je voudrais à nouveau réitérer mon plaidoyer en faveur de nos enfants malades du Sida.

En effet, le traitement antirétroviral sous sa forme pédiatrique, reste encore peu accessible la plupart du temps dans nos pays, car trop onéreux. Et je voudrais profiter de cette tribune pour lancer un appel à nos gouvernements et nos partenaires, afin qu’ils étudient la possibilité de produire des ARV pédiatriques localement,  qui seraient de ce fait moins onéreux.

Mesdames et Messieurs,

Au regard de la prévalence qui est encore trop élevée en Côte d’Ivoire et de l’existence de poches de stigmatisation et de discrimination, la solidarité et l’innovation doivent guider nos démarches pour nous permettre d’atteindre un taux de prévalence à 0%, comme le recommande les ODD.

Après plusieurs actions sur le terrain en Côte d’Ivoire, la visite faite le 31 mai 2017 à l’hôpital général de Port-Bouët avec Madame la Ministre de la Santé, a permis de faire découvrir aux populations, de nouvelles méthodes rapides et fiables de dépistage du VIH grâce au matériel de pointe offert par la société ALERE. Je les en remercie sincèrement.Et je recommande à tous les pays d’essayer d’obtenir le même matériel, si utile à nos populations.

Mesdames et Messieurs,

Au cours de la réunion des Premières Dames tenue ici à Abidjan, au mois d’octobre dernier, les problématiques que nous venons d’évoquer ont été au cœur de nos réflexions, et je pense que les recommandations qui en ont résulté pourront contribuer à mieux résoudre les questions liées au VIH, à travers le dividende démographique et l’autonomisation des femmes.

A l’instar donc des Premières Dames, j’invite toutes les organisations féminines à prendre une part active dans la mise en œuvre des projets de lutte contre le Sida.

Oui, une génération sans Sida est possible en Afrique, et nous ne devons ménager aucun effort pour progresser vers cet objectif. Je voudrais ici m’adresser aux communautaires et aux personnes vivant avec le VIH, pour les féliciter des actions qu’ils mènent de concert avec le Gouvernement.

Je voudrais vous rassurer que je suis de tout cœur avec vous, et que je suis consciente des difficultés que vous traversez, face à la stigmatisation et à la discrimination dont vous faites l’objet.

Nous avons le même objectif, celui d’éliminer de nouvelles infections pour vous permettre de vivre en harmonie avec vos frères et sœurs.

Excellences Mesdames les Premières Dames

Mesdames et Messieurs,

A ce stade de mon intervention, je voudrais saluer l’engagement de mes sœurs les Premières Dames, pour leur leadership et leur détermination en faveur de l’élimination du Sida.

Concernant les Premières Dames réunies au sein de l’Organisation des Premières Dames d’Afrique contre le VIH-Sida, elles jouent un rôle essentiel dans la sensibilisation et la mise en place de politiques visant à organiser la riposte face au VIH-Sida.

Dans ce contexte, l’OPDAS a entrepris une nouvelle campagne de sensibilisation baptisée « l’Afrique unie contre le sida pédiatrique», dont le pré-lancement aura lieu demain matin, à la session de l’OPDAS qui se tient en marge d’ICASA.

Mesdames et Messieurs,

Je ne saurais clore mon propos sans renouveler mes sincères remerciements à toutes les hautes personnalités ici présentes, aux partenaires techniques et financiers, et aussi aux ONG qui ont toujours évolué à nos côtés dans ce combat.

Je n’oublie pas également, tous les experts venus du monde entier, dont la participation nous rassure sur notre volonté commune de sauver des vies humaines.

Merci à tous, je crois fermement que c’est ensemble que nous parviendrons à protéger nos populations de la pandémie, pour une Afrique sans Sida d’ici 2030.

Je vous remercie.

 

Articles connexes

Leave a comment